1

Hollande: pour combien de temps encore ?

 

 

Il est des gouvernances catastrophiques. Celle de François Hollande est de celles-là. Obtenir en un an et demi le taux d’insatisfaction de trois français sur quatre est un tour de force dans la médiocrité rarement atteint. François Mitterrand était arrivé à ce résultat mais après 14 ans de règne. Certes il y a la crise facteur aggravant s’il en est mais qui n’explique pas tout. Trop d’erreurs décisionnelles et de communication ont été commises en quelques mois (il serait trop long de les énumérer, l’affaire Léonarda, la dernière en date, en est une parfaite illustration). Il ne suffit pas d’avoir été Secrétaire général d’un parti pour devenir Président de la République. François Hollande n’était manifestement pas préparé à cette fonction et n’avait pas l’envergure. Sa désignation, souvenons-nous, a bénéficié d’une conjoncture rendue particulièrement favorable par le retrait de Dominique Strauss-Khan, l’antipathie profonde des français pour Martine Aubry et pour le président sortant M. Sarkozy.

Quoi qu’il en soit, nous allons devoir faire avec, comme disent les brestois. La question est de savoir pour combien de temps ? Les élections municipales de 2014 bien que ne concernant que des gens de terrain ne manqueront pas d’illustrer l’exaspération croissante des français. Les élections européennes qui vont suivre immédiatement risque de servir de défouloir tant l’Europe est considérée par bon nombre de nos compatriotes comme la mère de tous nos mots (souvenons nous aussi du non majoritaire de la France le 29 mai 2005 au référendum sur le traité établissant une constitution pour l’Europe). Il ne serait pas alors surprenant que le visage politique français se modifie à la faveur d’un remaniement, d’une dissolution voire d’une démission à moins que, hypothèse peu probable, la rue exaspérée par la récession et son cortège de taxes envoie le gouvernement à la lanterne (place de Grève).

Photo : http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/09/hollande.jpg