COVID-19 : mais il vient d’où ce virus ? (Suite et fin ?)

Comme promis dans un précédent billet et bien que le sujet puisse paraître un peu rétro, voire inopportun, je reviens vers vous à propos de l’origine du COVID-19 dont les explications de la journaliste Cécile de Sèze de l’Express ne m’avaient pas convaincu. Souvenez-vous, excepté l’hypothèse d’une origine animale (chauve-souris ou pangolin sur lesquels un virus voisin du Covid aurait élu domicile), cette brave dame à l’esprit scientifique biaisé avait rejeté sans état d’âme ni scrupules d’autres propositions tout à fait acceptables. Bon, me dire-vous, il est peu probable, le temps s’écoulant et la question ne se posant plus, que l’on connaisse un jour la véritable origine de ce virus. Est-ce cependant une raison pour se contenter d’affirmations sans fondements établis ? Non évidemment car ce serait donner foi à des articles journalistiques escamotés et faire preuve d’une étroitesse d’esprit.

Donc le COVID-19 serait un parent proche de celui vivant sur les deux animaux précités. A l’occasion d’une possible mutation envisagée il en aurait profité pour passer chez l’homme. Hypothèse réaliste mais trop rapidement érigée en postulat. Voyons, parmi les propositions circulant dans la presse et les réseaux sociaux si il y en a d’autres présentant une crédibilité recevable. Car si les virus vivent “naturellement” dans la nature, l’homme peut aussi en fabriquer, sans oublier que ces “bestioles” qu’elles soient naturelles ou pas, peuvent se déplacer de leurs propres moyens ou…avec l’aide de l’homme (ce dernier pouvant être animé ou pas de mauvaises intentions). Ces considérations m’amènent tout naturellement à envisager les différentes situations que voici.

Préalable indispensable à la réflexion : l’ensemble des pays de la communauté internationale s’accordent à reconnaître que le point de départ du COVID-19 est bien la ville de Wuhan en Chine. Le ralliement (tardif) de l’empire du Milieu à cette thèse, confirme donc que c’est effectivement de là qu’est parti le virus. Mais il est sorti comment ?

 

Hypothèse 1 : c’est dans un des nombreux marchés de Wuhan (11 millions d’habitants) que le COVID-19 serait passé en mutant d’une chauve-souris (ou d’un pangolin) à l’homme selon un mode opératoire qui reste à déterminer.

 

Hypothèse 2 : la ville de Wuhan abrite 2 laboratoires dont un (dit P4) qui manipule des virus dangereux. Une maladresse d’un employé aurait pu involontairement ouvrir une brèche dans le dispositif de sécurité et laisser échapper le COVID.

Hypothèse 3 : Le coronavirus aurait été créé par l’homme en manipulant le VIH virus du Sida. Sa propagation aurait été facilitée par un accident de laboratoire.

Hypothèse 4 : c’est volontairement qu’un employé de ce laboratoire P4 aurait libéré ledit virus pour régler des comptes personnels (jalousie, humiliation, sanctions…)

 

Hypothèse 5 : c’est à la demande d’une autorité hiérarchique chinoise que le virus serait sorti du laboratoire.

 

Hypothèse 6 : un étranger aurait involontairement apporté le virus sur lui ou dans ses bagages.

Hypothèse 7 : un agent étranger (américain ?) aurait transporté le COVID dans le dessein de nuire à la Chine.

 

 

Hypothèse 8 : La Chine a volontairement libéré le virus dans un acte de déstabilisation géopolitique visant à affaiblir ses rivaux militaires et commerciaux.

Hypothèse 9 : une autre origine inconnue ?

 

 

Mes conclusions : l’hypothèse 1 évoquant l’origine animale du virus est celle qui soulève le moins d’interrogations. Elle présente le gros avantage d’éviter des investigations complémentaires. C’est ce qui lui vaut l’assentiment de la “doxa journalistique”. Les hypothèses 2, 3 et 4 apparaissent moins probables dans la mesure où pour le personnel, des protocoles de sécurité sévères et des contrôles en sortie de laboratoire doivent rendre très difficile la dissimulation d’accident voire la sortie d’éprouvettes. Néanmoins les américains, à l’occasion d’une visite, ont laissé entendre que la sécurité dans ce laboratoire laissait à désirer. L’hypothèse 3 est défendue par le professeur et prix Nobel Luc Montagnier. Elle présuppose un accident de manipulation et l’évasion à l’air libre du virus qui franchirait toutes les barrières de sécurité. Cela reste malgré tout très improbable. L’hypothèse 5 est tout à fait réaliste. Une autorité munie de “tous les sacrements” hiérarchiques a très bien pu sortir le COVID-19 du laboratoire (en s’entourant bien sûr de toutes les précautions utiles) pour une destination et un emploi inconnus.

En revanche, les hypothèses 6 et 7 restent crédibles dans le cadre d’un échange entre laboratoires ou dans le but d’effectuer un mauvais coup. L’hypothèse 8, particulièrement choquante, est aussi plausible même si, à première vue, elle parait improbable dans la mesure où elle impliquerait que la Chine sacrifierait sans état d’âme quelques-uns de ses propres citoyens. Mais les hauts dirigeants du parti populaire chinois auraient-ils ce genre de scrupules ? L’hypothèse 9 quant à elle ouvre de nouvelles perspectives qu’il serait intéressant d’approfondir.

Au final me direz-vous votre enquête ne nous avance pas plus que celle de Mme Cécile de Sèze de l’Express. Certes, mais je pense avoir élargi le faisceau de suppositions et n’avoir écarté aucune au nom du fantasme ou de l’improbabilité. Ce qui me permet d’affirmer, sans trop de risques, que la vraie origine du COVID-19 doit bien se trouver dans les possibilités que je vous ai énumérées. Mais j’irai même plus loin…

D’autres voies de recherche : si l’on se pose la question : “A qui profite le crime ?” on a peut-être d’autres pistes moins évidentes à envisager. La pandémie a provoqué un chaos généralisé dont trois entités peuvent en tirer profit : La Chine, les banques et l’industrie pharmaceutique. Ces trois entités sont, à des niveaux différents, les grands gagnants de cette crise internationale. Je passerai sur les états qui ont pu aussi en bénéficier indirectement en durcissant les lois relatives aux libertés individuelles et en en promulguant d’autres qui auraient pu attendre.

La Chine en “initiant la crise” (directement ou indirectement) avait un coup d’avance et pendant qu’on découvrait progressivement l’étendue des dégâts et que l’Europe lui apportait son aide, elle prenait des dispositions efficientes pour le bien de son économie en profitant notamment des baisses des marchés boursiers, des produits de base, des matières premières et du pétrole. Si c’était programmé, joli coup !

Les banques et les spéculateurs ont aussi profité de l’aubaine. Selon Médiapart, à la mi-mars, la courbe du CAC 40 a été divisée de presque de moitié passant de 6158 à 3632 (au plus bas). La banque centrale européenne a débloqué 500 milliards (qui viennent d’où ?) et qui même prêtés à taux réduit ne manqueront pas de rapporter. N’étant pas spécialiste, je n’approfondirai pas le sujet mais l’histoire nous apprend que derrière chaque crise internationale se prépare une crise financière, parfois une guerre mondiale profitables, l’une et l’autre, au cartel bancaire (Rothschild, Rockfeller, Morgan…).

Quant à l’industrie pharmaceutique, elle n’a jamais été aussi rayonnante que pendant cette pandémie (les antiviraux – très chers – dont on ne parle peu on dû être beaucoup utilisés). Hausse de ses chiffres d’affaires, des cours de Bourse auxquels s’ajoutent les perspectives de développement de vaccins à grande échelle. L’horizon est prometteur et les milliards vont tomber comme à Gravelotte si d’aventure, comme envisagé et souhaité par certains, une obligation vaccinale sera décrétée.

Voilà, vous disposez maintenant d’un large éventail d’hypothèses. Il vous appartient de vous faire votre propre opinion et, éventuellement de la faire partager. La  rubrique commentaire vous est ouverte.

Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir encore plus sur le sujet, voici quelques liens qui pourraient vous intéresser : https://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/15/la-mysterieuse-disparition-de-2-349-tubes-contenant-du-virus-sras_4401244_3224.html – https://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/03/29/20133-virus-mortel-egare-texas – https://www.liberation.fr/terre/2005/04/14/grippe-de-1957-grosse-boulette-dans-les-eprouvettes_516357 – https://www.lecho.be/dossiers/coronavirus/guerre-de-mots-entre-washington-et-pekin-sur-l-origine-du-virus/10225731.html – https://www.parisdepeches.fr/2-Societe/128-75_Paris/9530-Disparition_2349_tubes_contenant_virus_SRAS.html

Photos : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1690515/frise-histoire-faits-covid19-coronavirus-manitoba-cas – https://www.amazon.fr/Guerre-chimique-biologique-Daniel-Riche/dp/2714415180 – https://exoportail.com/le-parti-communiste-chinois-a-detruit-les-preuves-reliant-linstitut-de-virologie-de-wuhan-au-covid-19/ –  https://www.zerohedge.com/health/database-wuhans-batwoman-altered-48-hours-covid-19-samples-ordered-destroyed – http://fr.hubei.gov.cn/photos/201806/t20180607_1427126.shtml – https://share.america.gov/fr/la-paix-par-le-sport-aux-jeux-mondiaux-militaires-de-2019/