COVID-19 : Situation préoccupante mais pas inquiétante :-)

Comme je le précisais dans un précédent billet, chaque semaine apporte son lot de nouveautés en matière de COVID. C’est un peu comme le feuilleton “Plus belle la vie” sur France 3 dont on ne perçoit pas la fin et qui chaque soir comble nombre de passionné(e)s. Le feuilleton COVID qui dure depuis 8 mois, présente quelques similitudes avec cette histoire. On pourrait d’ailleurs l’intituler “Plus moche la vie” avec dans les rôles principaux, le virus chinois, le ministre de la santé Véran, les préfets et les sommités médicales, lesquels nous accordent chaque jour un nouvel épisode d’une série dont on aimerait bien se passer.

Alors quoi de neuf sur le front du virus ? Les queues de dépistage continuent de s’allonger malgré une priorisation récente pour les gens possédant une ordonnance médicale. La queue se fait-elle sur deux colonnes ? Je n’ai rien constaté. Les tests sont pris en charge par la Sécu et ne nécessitent toujours pas de prescription médicale. Les tests sérologiques quant à eux viennent d’être homologués par les scientifiques. Bonne nouvelle ! On saura dorénavant si on a été en contact avec le COVID. Grâce à ces tests, qui devront être confirmés par un autre test PCR (on ne rit pas !), on pourra connaître les contacts de contacts qui devront respecter une semaine de confinement. Le ministre Véran s’est montré très convaincant en expliquant ce qu’était un cas contact tout en nous précisant ceux qui n’en étaient pas. L’occasion, “en même temps” de sourire un peu.

Vu le contexte, l’occasion de rire ou sourire avec les propos d’un ministre de la santé ne doit pas être négligée. Allez soyons fous, je vous en donne une autre inspirée de la célèbre phrase de Coluche : “Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite“.

A plus de 700.000 tests par jour (la Bretagne selon Ouest-France en serait à 400.000 depuis le début de l’épidémie) toute la population devrait y passer pour Noël. Rien donc de surprenant que le nombre de cas positifs augmente exponentiellement. Combien de  positifs, de contaminés seront-nous en décembre ? Toute cette agitation, ces dispositions, ces recommandations arriveront-elles à juguler la pandémie et éviter un nouveau confinement ? Rien n’est moins sûr.

Côté laboratoires, les personnels ne suivent pas la demande. Les résultats arrivent parfois après plusieurs jours d’attente laissant dans la nature des gens potentiellement dangereux qui devraient être à l’isolement. On ré-envisage de nouveau l’enrôlement des vétérinaires. Le site Santé continue d’annoncer pourtant que les résultats sont disponibles dans les 24 heures. En réalité, les délais varient selon l’organisation des labos. Quoi qu’il en soit on estime aujourd’hui que ces tests sont trop nombreux car on ne disposerait plus assez de produits pour les analyser. Allons bon ! On nous a pourtant poussés à effectuer ces tests. Comprenne qui pourra.

Pour éviter à tout prix le confinement, les autorités ont confié aux préfets les pleins pouvoirs. Qui proclame la fermeture des bars à 22 ou 23 heures, qui annonce un confinement local, qui… au plus grand dam de ce maire du Calvados qui, hier sur TF1, comptabilisait 70 recommandations préfectorales.

L’Ouest-France, dans son quotidien numérique du 18 septembre 2020 publiée à 6h30 (mais pas dans sa version papier), annonce que l’application StopCovid pourrait revenir sur le devant de la scène médicale. Personnellement je n’y crois pas car entre les anciens qui n’ont pas de smartphone, et ceux qui voudront protéger leur vie privée, il y aura beaucoup de trous dans la raquette (si vous souhaitez consulter l’article dans sa totalité, contactez-moi).

De même, l’obligation de vaccination contre la grippe dont les médias commencent à s’en faire l’écho, apparait également compliquée à généraliser. Certes la possibilité donnée aux pharmaciens de pratiquer l’acte a augmenté le nombre de volontaires (600.000) l’hiver dernier. Mais si plus de 10 millions de Français ont eu leur dose, la proportion de consentants de 1 pour 6 reste faible. Un reportage l’an dernier annonçait que même une partie non négligeable du personnel hospitalier était réfractaire à cette vaccination. Autre information déroutante, le vaccin contre la grippe serait moins efficace sur les personnes âgées. Il ne va pas être aisé de différencier les “Covidés” des grippés cet hiver.

En attendant pour ne pas entraver le fonctionnement de l’école, le ministre de l’Éducation nationale a décidé la mise en place d’un protocole sanitaire allégé. En effet, il faudra non plus un seul cas de Covid en maternelle mais trois pour fermer une classe ou une école. Décision surprenante quand on sait que les mesures de précaution se durcissent un peu partout et que certains hôpitaux comme à Montpellier se préparent à la seconde vague (déjà arrivée en Angleterre et en Espagne). RMC annonçait le 18 septembre 2020, 3.200 hospitalisations et 535 entrées en réanimation. Aurait-on oublié de mettre Jean-Michel Blanquer au courant ? 🙂

Comme on peut le constater, ce virus continue à perturber les esprits et, le bon sens dans tout cela semble avoir complètement disparu.

Photo : Tweeter