1

COVID-19 : Le labo Pfizer au cœur d’une polémique

Le 6 octobre 2021, la chaîne de télévision et d’informations RT France a consacré un article au laboratoire Pfizer. Cet article est agrémenté d’une vidéo mettant en avant le témoignage de 3 scientifiques de ce laboratoire interrogés à leur insu par le media américain Project Véritas, média controversé, notamment par Libération (1). La vidéo présentée par RT France est en anglais. Le site Odysee (2) propose une version sous-titrée de qualité moyenne que j’ai placée plus bas, après mes trois premiers commentaires.

Que nous apprend cette vidéo grâce aux bavardages informels de ces personnes qui apparaissent naturellement de bonne foi. Hormis plusieurs révélations polémiques que je garde pour la fin du billet, j’en retiendrai trois principales incontestables parce qu’elles relèvent de la simple observation.

1) L’immunité du vaccin Pfizer, n’est en rien comparable à l’immunité naturelle obtenue par contamination du Covid (à condition d’y résister, cela va de soi) car la contamination par le COVID-19 augmente la quantité d’anticorps dans le sang. Ce n’est pas une révélation me direz-vous. L’immunité naturelle qui repose sur environ 15 milliards de cellules spécialisées, a permis à l’homme de traverser les époques et les âges sans vaccins… jusqu’à ce qu’un certain Edouard Jenner invente la vaccine en 1796. Certes, tout le monde en convient, si avant que le vaccin ne se démocratise l’homme a pu s’en passer ce fut au prix de lourdes pertes. Tout le monde a en tête les pandémies qui ont fauché par millions nos prédécesseurs; mais force est de reconnaître que leur sacrifice n’a pas été vain. Ce parcours remarquable depuis la préhistoire, sans l’apport d’éléments chimiques, vous en conviendrez également, relativise l’efficacité des vaccins ARN Messager.

Petite précision qui peut être utile au lecteur : ce que les autorités et spécialistes appellent vaccins, n’en sont pas réellement. En effet, un vaccin, par définition, contient des antigènes obtenus à parti d’un virus ou d’une bactérie ; les « produits » qu’on nous a injectés n’en contiennent pas, mais plutôt un ARN destiné à inciter nos cellules à en fabriquer ; il s’agit en réalité d’une « thérapie génique préventive ».

2) La protection résultant de l’immunité naturelle dure plus longtemps que celle proposée par l’ARN Messager. La meilleure preuve est celle fournie par les laboratoires Pfizer et Moderna qui exigent le doublement des doses injectées à 15 jours d’intervalle et récemment, la nécessité d’une troisième dose à échéance de six mois même pour celles et ceux qui ne présentent pas de comorbidités particulières. On parle même d’une vaccination annuelle « façon grippe ». La science semble encore avoir du mal à rivaliser avec les anti-corps naturels.

3) L’ARN Messager, toujours selon l’une des personnes qui se confient, ne s’attaquerait qu’ incomplètement au virus du Covid-19 et… seulement à sa partie extérieure. Cette particularité qui « oublierait » son noyau expliquerait pourquoi les personnes vaccinées continueraient à être contagieuses et aussi, parfois, de nouveau contaminées. Sur ce point les spécialistes interrogés s’accordent à attribuer la relative inefficacité de l’antidote à une instabilité du virus qui se jouerait du vaccin en prenant différentes formes communément appelées « variants ».

Voici de larges extraits de la vidéo qui a intéressé plusieurs millions d’Internautes :

4) Les protagonistes qui s’expriment dans la vidéo font d’autres révélations intéressantes qu’on ne peut cependant pas ignorer. Le site Dailymotion les résume parfaitement et complètement dans la petite vidéo de 2 minutes 30 que je vous invite à consulter ci-dessous.

A la décharge des laboratoires Pfizer et Moderna on peut admettre que les imperfections des ARN Messager observées sont peut-être dues tout simplement à l’inachèvement des phases de tests dont l’ « Estimate Study completion » autrement dit en Français « la fin complète de l’étude », n’est prévue qu’en 2023 ou 2024 (voir les captures d’écran qui le prouvent ci-dessous – Cliquez sur les images pour les agrandir). 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au final, la vidéo de RT France est plus riche en enseignements qu’elle n’y parait et on comprend que certaines révélations aient pu agacer le journal Libération et d’autres sites à vocation anti fake news. Les ARN Messager, il faut le reconnaitre, ne sont que des médicaments, de surcroit imparfaits et à effets limités. Mais néanmoins ils ont apparemment le mérite de juguler les contaminations dans le pays. Espérons qu’à l’avenir nous n’aurons pas à en faire une trop grande consommation. 

(1) si vous avez eu la curiosité de consulter l’article qui indispose Libération vous avez remarqué que le journal l’examine sous toutes les coutures. Une vraie dissection. Malgré l’obstination déployée, à regret sans doute, ils n’ont pu cataloguer l’article de Fake news. Rageant après tant d’efforts ! 🙂

(2) Odysee est le « YouTube libre » ou vont se réfugier les sites censurés par Facebook et Youtube. Ces sites sont considérés comme complotistes et diffuseurs de Fake news.  Doit-on pour autant les ignorer ? Et si certains disaient vrai ?