1

Société : « la Nef des fous » (1)

Monsieur Michel Onfray ,dans l’ouvrage dont j’ai plagié le titre pour intituler mon billet, relevait chaque jour pendant la crise Covid, les absurdités de notre monde qui selon lui méritaient d’être portées à la connaissance des français. Je vous propose dans ce billet, plus modestement et plus étalé dans le temps, des faits divers médiatisées qui m’ont interpellé de part leur illustration parfaite des symptômes d’un monde en mal de repères et marchant sur la tête.

Urgence climatique : il faut s’occuper des vaches !

C’est annoncé comme très important par RMC lors de la matinale WE du 15 octobre 2022. En Nouvelle-Zélande, et aussi en France, on se penche très sérieusement sur les effets des pets et rots de vaches qui auraient un impact non négligeable sur le changement climatique. Écoutez ce journaliste qui nous annonce au passage des investissements de 84 milliards d’euros en 2021pour lutter contre le réchauffement climatique ! La préservation de la planète apparait par conséquent comme un enjeu majeur pendant qu’en France 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté et que 3 milliards de gens (plus du tiers de la population mondiale)  utilisent des foyers ouverts ou des foyers de cuisson biomasse polluants et inefficaces pour faire la cuisine et se chauffer (pensez à cliquer sur l’onglet Français en haut du texte). Quant aux indiens (1,3 milliard d’habitants) ils seront surpris quand ils apprendront que leurs vaches sacrées (307,4 millions de bovins en 2023) mettent la planète en péril… et qu’il faut que ça cesse urgemment ! 🙂

Le journaliste précise en fin de chronique que les vaches en France polluent autant que 15 millions de voitures. Sachant que le cheptel bovin français comprend environ 17 millions de têtes, on en conclut qu’une vache pollue presque autant qu’une voiture ! Vite un contrôle technique ! 🙂

Une idée subitement me traverse l’esprit. Et si on branchait un système ingénieux à la croupe des vaches. Ce système permettrait de relier directement la source d’émission à un méthaniseur. Après tout, le méthane, qu’il provienne du sous-sol où du cul des vaches c’est toujours du gaz naturel non ?

Puisque l’humour reste une arme efficace contre la bêtise, je vous propose une petite vidéo de moins de 3 minutes qui résume parfaitement les incohérences d’une politique écologique a revoir d’urgence avant qu’elle n’implose.

Et bientôt des packs de lait mentionnant «vaches ayant peu pété et roté grâce à une nourriture adaptée… et taxée». Gageons qu’il y aura des écolos pour les acheter, si, si, je vous le dis. 🙂

Le Conseil d’État (2) s’intéresse aux transgenres :

Cette honorable institution garante de l’État de droit est composée de 230 conseillers supposés les meilleurs dans leur discipline. Lors de son rendez-vous annuel de rentrée 2022, inauguré par la première ministre, le Conseil a «réaffirmé son rôle dans la définition, le contrôle et l’évolution du service public, confronté aujourd’hui à des défis sociétaux, économiques et environnementaux inédits».

Parmi les défis sociétaux auxquels il a à faire face, il en est un qui a concentré toute son attention : «comment intégrer dans le schéma scolaire les enfants qui ne se sentent pas tout à fait fille ou garçon et inversement». Et ils seraient selon le Parisien de plus en plus nombreux ! Je cite le journal : «[Il faut] clarifier le rôle que doit tenir l’institution [l’école] face à ces « transitions de genre » souhaitées par un nombre croissant d’élèves». Étrange question, abordée par le Conseil d’État, me direz- vous, qui jusqu’à lors n’avait pas agité les esprits et qui a tout à coup suscité une priorité absolue. Ces enfants seraient-ils aussi nombreux qu’on le laisse entendre ? Ou ne traverseraient-ils pas simplement une crise d’adolescence plus compliquée ? Très inquiétant !

Pour la petite histoire il faut que vous sachiez qu’aujourd’hui il peut être soumis à ce Conseil n’importe quelle question sociétale qui vous taraude. Alors, n’hésitez pas !

Cela dit, le Conseil d’État dans sa grande sagesse a décrété courant septembre 2022 que les enfants transgenres pouvaient se faire appeler par le nouveau prénom de leur choix dans le milieu scolaire. «Madame s’il vous plait, ne m’appelez plus Raymond mais plutôt Chloé» Cette disposition est d’autant surprenante car semblant être à l’initiative de l’élève (que je vois mal se lever pour faire sa déclaration) et ne nécessitant par ailleurs aucune modification auprès de l’État civil. Je vous laisse imaginer les railleries qui pourraient fuser en pareille situation.

Si l’on fait abstraction du côté ubuesque de la décision qui ne s’appliquera qu’à un nombre restreint d’élèves, on peut s’interroger sur l’attention portée par des juristes de haut niveau à des minorités et sur des sujets dont 99% des gens se moquent. L’important n’est-il pas d’aller à l’essentiel ? Bon courage aux directeurs d’établissements déjà confrontés aux problèmes liés, entre autres, à la laïcité.

Le Conseil de l’Europe (3) sanctionne la France :

Ce Conseil (à ne pas confondre avec le Conseil de l’Union européenne ni le Conseil européen) dont le français moyen ignore précisément les missions qui lui incombent, a condamnée la France pour ne pas avoir interdit les châtiments corporels dont la fessée et la gifle. Là, comme ailleurs, vous en conviendrez, tout est question de mesure. Il faut savoir distinguer maltraitance systématique et claque résultant d’un énervement passager. Bienvenus dans un monde Bisounours où le rôle des parents se limitera bientôt à nourrir leur progéniture. Petit à petit les états européens avec leurs normes et chartes intrusives nous font glisser dans un moule où bientôt les individualités n’auront plus leur place.

Soyez rassurés, cette condamnation n’est que symbolique. OUF ! On l’a échappé belle car les vraies sanctions des eurocrates coûtent cher. Vivre dans un état fédéral n’a pas que des avantages. Cela méritait-il que les média français en fassent tout un fromage ? Probablement, car la distraction des esprits, on le sait, sert à atténuer l’inquiétude générées par les tensions du monde moderne.

L’hétérosexualité n’est plus une norme :

dans un article du Monde que je vous invite à consulter, la spécialiste du sexe qui officie aussi dans la bande à Yann Barthès, Maïa Mazaurette affirme : «L’orientation sexuelle ne conditionne pas les pratiques (…) .Elle invite à sortir du cadre rigide de la culture hétérosexuelle et à élargir son répertoire pour une sexualité plus épanouie». OUPS ! En termes plus crus, elle invite les gens à diversifier leurs pratiques sexuelles et, en quelque sorte, naviguer «à voile et à vapeur».

Dans le même article, le journaliste reprend à son compte les propos de Virginie Despentes qui après avoir affirmé que les hommes ont des pensées secrètes homosexuelles, termine son propos en disant : «A force de les entendre se plaindre que les femmes ne baisent pas assez, [les hommes]n’aiment pas le sexe comme il faudrait, ne comprennent jamais rien, on ne peut s’empêcher de se demander : qu’est-ce qu’ils attendent pour s’enculer ? Allez-y. Si ça peut vous rendre plus souriants, c’est que c’est bien. »

En bref, si l’on écoute ces dames excitées de la vulve et peu respectueuses de la bienséance, les pratiques sexuelles débridées peuvent rendre les hommes souriants. Comme en gastronomie, vibrante invitation à varier les menus pour en apprécier les plaisirs.

Un gardien du Louvre s’oppose à l’allaitement d’un nourrisson dans le musée :

Comment un agent, entouré de tableaux de femmes aux seins nus toute la journée peut-il imaginer que cette pratique vitale pour un nourrisson puisse être interdite dans un tel lieu ? En avait-il déjà assez de voir tous ces mamelons aux murs ? Etait-ce un musulman qui ne supporte pas la nudité féminine en public ? Les médias ne l’ont pas dit. On aurait aimé le savoir, ce qui nous aurait permis peut-être de comprendre sa réaction. Mais cet homme est, sans aucun doute, un inconditionnel de Molière qui dans sa célèbre pièce fait dire à Tartuffe : «Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées».

Au royaume des hommes la stupidité de certains est reine.

Pendant les élections de 2022, la question du vote des jeunes dès l’âge de 16 ans est revenue sur le tapis :

On sait pourtant depuis 2014 que 73 % des 18-30 ans ne votent pas. Les 16-18 pourraient améliorer ce triste désintéressement ? J’en doute ! Mais en politique, comme rien n’arrive jamais par hasard, si l’on en croit Franklin Roosevelt, il y aurait peut-être un intérêt caché à appliquer cette mesure. Si vous avez une idée…

 

Sécheresse : réchauffement ou changement climatique ?

Le réchauffement climatique ou le changement climatique c’est selon, en serait la cause (4). Accusé depuis plusieurs années de tous les maux, leurs effets sont de plus en plus destructeurs chaque été. Les forêts brûlent, l’eau manque, le bétail est assoiffé et les récoltes sont altérées. Pendant ce temps, les écolos s’opposent à la création d’allées pare-feux dans les forêts ainsi qu’aux retenues d’eau déjà dissuasives par les administrations (selon mon voisin agriculteur). Je ne sais pas ce que vous en pensez mais pour éviter que les mêmes erreurs ne se répètent il serait bon d’envisager sérieusement la mise en place de dispositions mûrement réfléchies. II me tarde de connaître les mesures radicales qui seront prises pour 2023. Des crédits ont-ils été prévus à cet effet pour 2023 ?

L’homme sage ne fait jamais deux fois la même erreur parait-il. Nous vérifierons.

Prisons : on peut aussi s’y divertir comme à la télévision.

Un jeu, formule Koh-Lanta, s’est déroulé le 27 juillet 2022 dans les murs de la prison de Fresnes. Au menu : courses de karts, plongeons dans une piscine, tire à la corde… Le tout avec la bénédiction de la hiérarchie pénitentiaire et la participation des gardiens ! On croit rêver ! La presse après enquête s’est aperçue que parmi les participants se trouvaient un violeur et un meurtrier ! Autrefois on coupait les têtes, aujourd’hui on diverti. Pour 2023 je suggère une journée porte ouverte suivie pour ceux qui le souhaiteraient, d’une kermesse avec pêche à la ligne et tirs à la carabine… histoire de ne pas perdre la main quand viendra l’heure de la sortie.

Pénurie d’électricité : les ministres montent aux créneaux et font preuves d’imagination.

La menace de pénuries d’électricité n’est pas nouvelle et ne résulte donc pas de la guerre en Ukraine comme certains l’affirment. Des menaces de coupures sont envisagées pour cet hiver et sont déjà prévues depuis longtemps. Mais la conjoncture n’est plus la même. Les menaces semblent bien réelles depuis que l’on sait que la moitié du parc nucléaire tant décrié est arrêté pour différentes raisons et que les personnels des centrales encore en production envisagent prochainement la grève sous la forme de reports de maintenance. Pendant ce temps on rouvre les centrales à charbon en France et en Allemagne et la publicité nous gave à longueur de journée de spots nous incitant en pleine crise inflationniste à passer à la voiture électrique (à 40 000 euros pour 440 Km d’autonomie et 7 000 euros d’aide !). Nos gouvernants dépassés par les évènements (à moins qu’ils ne les organisent) nous prodiguent moult astuces pour avoir moins froid cet hiver. Quand la machine libérale tourne à plein régime il faut s’attendre au pire !

Tenez bon chers compatriotes, le bon sens finira bien par triompher chez les politiques comme chez les  écolos. Il y aura bien une sortie de crise d’une manière ou d’une autre.

Sources : France 2 – magicmaman.com – scoupnest.com – demarches administratives .fr – koaf.info – Le Parisien- https://www.watson.ch/fr/suisse/p%C3%A9nurie/778218038-penurie-de-chauffage-19-c-une-norme-brutale-pour-les-suisses.

(1) titre emprunté à un ouvrage de Michel Onfray qu’il a écrit pendant le confinement du Covid-19.  (2) Le site du Conseil d’État précise : «environ 650 personnes travaillent au Conseil d’État. Les 230 conseillers d’État (« membres ») sont notamment répartis entre la section du contentieux, chargée de juger les litiges entre citoyens et administration, et les sections consultatives, qui examinent les projets de textes de loi et réglementation. 430 agents ont pour mission d’assurer le bon fonctionnement du Conseil d’État au quotidien et de gérer les juridictions administratives».  (3) Le Conseil de l’Europe selon Wikipédia : «Les activités du Conseil de l’Europe intéressent tous les domaines de la vie courante — sauf les questions de défense. Elles ont abouti à l’élaboration d’un large éventail de normes, chartes et conventions destinées à faciliter la coopération entre les pays membres du Conseil et à renforcer la construction européenne. Le Conseil a également pour but de favoriser un progrès économique et social»(4) et peut-être aussi quelques pyromanes ?