1

Société : les influenceurs du réchauffement climatique sont en marche

Vous aviez peut-être observé comme moi que le réchauffement climatique, que personne ne conteste (40 degrés à Brest et Lille cet été) mais dont les origines ne sont pas partagées par tous, s’était fortement et régulièrement invité depuis quelque temps déjà dans les bulletins d’information (radios, télés) que ce soit d’une façon directe ou suggérée (même dans ceux ne comportant que «les 3 informations principales de la journée»).

Aujourd’hui l’information en rapport avec le climat revêt même un aspect presque obsessionnel au point que je trouvais récemment l’insistance journalistique pour le moins agaçante, s’apparentant par moment à une forme de propagande lorsque la publicité – qui a trouvé là une partenaire idéale – a la bonne idée de se joindre à l’opération. Il fallait que j’en trouve la cause, et l’explication m’est apparue au détour d’un site ! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’insistance médiatique observée ne réside pas dans une nouvelle transformation inquiétante de la planète mais tout simplement dans… une charte !

 

Écoutez cette animatrice qui s’est exprimée sur le média « Ligne droite« …  que j’ai découvert à l’occasion d’un surf internet, en quête d’une information plurielle :

Les journalistes devront donc désormais «cadrer et transmettre les informations sur le changement climatique».

La charte évoquée par France Info, (la radio qui relaie fidèlement les messages gouvernementaux) et à laquelle se sont joints plus de 500 journalistes issus de divers média et de 30 rédactions, a pour but «d’informer mieux et davantage sur l’environnement». Si informer «davantage» ne souffre d’aucune ambiguïté, il n’en va pas de même pour «mieux». L’information écologique jusqu’à présent était-elle à ce point insatisfaisante pour qu’on la traite différemment ? N’y aurait-il pas derrière ce terme une intention cachée de forcer la conviction des incrédules ? Pire peut-être, s’en servir pour détourner l’attention des quidams des vrais problèmes ? Je vous propose en fin de billet un exemple récent d’ «informer mieux et davantage» qui illustre justement mon propos (1).

 

C’est sur le site 20minutes.fr qu’on en apprend un peu plus sur cette charte de la bonne parole bâtie un peu sur le modèle de l’entente journalistique pour combattre les fausses informations  – dites infox ou intox – qui circulent sur le Net et particulièrement sur les réseaux sociaux auxquels d’ailleurs ces chevaliers blancs font partie. Chers lecteurs vous voilà avertis. Vous allez consommer une information climatique de qualité, voire messianique, qui mettra fin au dérèglement (des pensées) et que tous les média partagent même si vous êtes en droit de vous demander si derrière tout cela ne se cache pas une manipulation qui cherche surtout à vous faire peur; et vous invite accessoirement à investir dans des actions et travaux dont la nécessité ne vous apparait pas impérieuse (voiture électrique, pompe à chaleur, isolation extérieure de votre maison, panneaux solaires, covoiturage…). Les aides sont prêtes. L’État à tout prévu et a déjà commencé à débourser. Alors, n’hésitez pas, foncez !

D’ores et déjà pour lutter contre le réchauffement climatique voici 7 conseils simples  appelés à tourner en boucle dans les prochains bulletins d’informations radiophoniques et télévisuels :

1) Faites le tri de vos déchets (verre, plastique, aliments..). 2) Économisez l’électricité (éteignez tout ce qui n’est pas nécessaire). 3) Modifiez votre alimentation (bannissez surtout la viande). 4) Économisez l’eau en privilégiant les douches (bannissez les bains). 5) Achetez une voiture électrique (même si elles sont chères et si une pénurie d’électricité est annoncée cet hiver). 6) Prenez les transports en commun (pratique en campagne quand on supprime les lignes de TER, lorsqu’il n’y a pas de métro et quand de surcroît il faut faire face à une pénurie de chauffeurs de cars). 7) Évitez tout ce qui est jetable (essuie-mains – gobelets en plastique  – nourriture – mouchoirs en papier…).

Faites aussi vôtre le slogan : « Je baisse, j’éteins, je décale » auquel on pourrait ajouter «Mettez comme vos gouvernants des cols roulés ou cheminée» et vous aurez plus chaud. Un humoriste a résumé dans la courte vidéo suivante ce nouvel état d’esprit qui traduit bien une décroissance qu’on le veille ou non. Dans le temps, une vieille réflexion populaire consistait à dire qu’il fallait vivre avec son temps. Il semblerait qu’elle soit toujours d’actualité. En voici la démonstration. 🙂

Si malgré toutes ces recommandations aucune amélioration climatique ne se profile à l’horizon, ne baissez pas les bras. Soyez résilient (mot à la mode) ! Les vraies catastrophes ne sont pas pour tout de suite (2050, 2100 ? Tout dépendra du réchauffement s’il dépasse ou pas les 1,5° même si certains affreux complotistes doutent de leur réalité. Grosse angoisse !

La société orwellienne où chacun est le clone du voisin est en marche et les Français qui ont montré leurs bonnes dispositions en faisant la queue pour obtenir leurs vaccins vont sûrement adhérer à cette nouvelle doxa. On parie ? 🙂

(1) Faire peur et « informer mieux et davantage » – entendu sur RMC aux informations de 8h le 04 novembre 2022 (même l’UNESCO s’en mêle !) :

Sources : la photo principale du billet, volontairement provocatrice, est issue du site contrepoints.org d’où elle a disparu et provoque une erreur 404, ceci expliquant sans doute cela, le site reste néanmoins accessible – Cnews – https://www.contrepoints.org/2012/10/16/100815-ce-rechauffement-climatique-en-panne-depuis-16-ans. – https://polemixetlavoixoff.com/retraite-a-points-radio-paris-ment-radio-paris-ment/ – Couverture Valeurs actuelles du 13 au 19 oct 2022 – Internet.