Société : PMA – GPA la fin ?

Le progrès scientifique est «un train fou» qui, non seulement est inarrêtable, mais qui prend de plus en plus de vitesse. Inquiétant ! Très inquiétant ! J’ai déjà appelé votre attention à plusieurs reprises sur les dangers que représentent les travaux scientifiques sur le «vivant» et notamment sur le génome (Paragraphe 4 du billet «Ils ont perdu la tête»). Si l’on peut aujourd’hui le «modifier» à volonté (les scientifiques préfèrent le terme «Éditer» moins effrayant) des biologistes dont l’activité évoque par certains côtés celle des docteurs Mabuse et Folamour ont réussi une nouvelle prouesse en créant des embryons humains… synthétiques !

Après de nombreux essais effectués ces dernières années sur des animaux (souris, poissons zèbre)  un modèle humain d’embryon a été développé à partir de cellules souches par l’Institut Weizmann en Israël. France info s’en est fait l’écho le week-end des 9 et 10 septembre 2023 (Écouter ci-dessous). Confirmant ainsi des travaux déjà bien avancés dans ce domaine depuis plusieurs années.

Faute de connaitre la nature des brevets déposés, on est amené à s’interroger sur les objectifs réellement visés par ce type de travaux. Le premier, et le plus apparent, est bien sûr de gagner la course à l’argent et à la notoriété que se livrent de nombreux professeurs à la tête de ces laboratoires (1). Course dont le grand gagnant se verra généreusement rétribué et peut- être récompensé par le prix Nobel de biologie tant convoité. Plus officiellement, il s’agit d’observer «des processus inédits sous-jacents à la formation du corps humain, jamais directement observés auparavant». Grâce à ces observations, et pour le bien des femmes, on en saura un peu plus sur l’origine des nombreuses anomalies congénitales (il y en tant que ça ?) qui se produisent au cours de la période dite de gastrulation, ainsi que sur leurs causes et les actions à mener pour les corriger (Écouter le reportage de 3 mn du journal Sud-Ouest en fin de billet). L’étude de cet embryon devrait permettre aussi de comprendre des problèmes médicaux comme l’infertilité, les fausses couches et les troubles génétiques. Buts on ne peut plus louables. Manifestement l’embryon humain synthétique présente de nombreux avantages. Merveilleux !

 Mais on peut discuter sur les bienfaits escomptés. Quand on sait, par exemple lorsqu’il y a malformations, les causes sont souvent d’origines humaines bien connues (produits chimiques, alcool, pesticides, polluants de toutes natures, tabac, infections et de nombreuses autres pas encore réellement mises en évidences comme peut-être les vaccins). On peut donc s’interroger sur la nécessité impérieuse de le vérifier sachant par ailleurs que , pour les causes restantes (inconnues mais souvent génétiques), si la nature s’est opposée au cours normal d’une grossesse les trois premières semaines, il ne parait pas indispensable d’en connaître les mécanismes profonds. D’autant qu’il est possible pour une femme de se relever d’un échec et que par ailleurs, l’état d’avancement des travaux dans ce domaine offre déjà des possibilités inespérées, entre autres, de remplacer des organes malades par des organes synthétiques. On aurait donc pu en rester là. Mais les scientifiques ont une devise : «Toujours plus loin».

Alors que se cache-t-il donc derrière cet acharnement des laboratoires à poursuivre leurs recherches notamment, au-delà de la période autorisée, si ce n’est la volonté de créer un homme synthétique de taille complète  ? (en France la période de tests réglementaire est de 14 jours mais ce n’est pas le cas partout dans le monde). Pour l’instant, on nous rassure, si on peut pratiquement reproduire artificiellement (synthétiser) presque tous les organes, ce n’est pas le cas pour les cellules cérébrales. Quand cet obstacle sera franchi (et il le sera n’en doutons pas !), le clone de l’homme sera enfin réalisé. Cette créature aura-t-elle une âme ? Sera-t-elle un cyborg ? Un zombie ? De la chaire à canons ? Sera-t-elle dotée d’intelligence ? Un nouvel Adam dominateur ou dédié au service des vrais humains ?  On en sait rien et je l’avoue, je ne m’impatiente pas en attendant de le savoir car on ne sera plus très loin du chaos.

Pour mémoire, je profite de ce billet pour préciser que le sujet de la reproduction des embryons, bien avant qu’il ne soit question de bioéthique, a passionné certains auteurs de science fiction comme le romancier Aldous Huxley qui, dans son ouvrage de 1931 «Le meilleur des mondes», décrivait déjà avec force détails (comme George Orwell dans son roman «1984» sur le contrôle des humains  – qui lui s’est avéré ô combien prémonitoire ) la création d’embryons à la chaîne. Voici un extrait de son roman : «Un œuf, un embryon, un adulte, – c’est la normale. Mais un œuf bokanovskifié (2) a la propriété de bourgeonner, de proliférer, de se diviser : de huit à quatre vingt seize bourgeons, et chaque bourgeon deviendra un embryon parfaitement formé et chaque embryon un adulte de taille complète. On fait aussi pousser quatre-vingt-seize êtres humains là il n’en poussait autrefois qu’un seul. Le progrès.»

«Science sans conscience n’est que ruine de l’âme» disait Rabelais mais ces scientifiques ne prennent-ils pas le risque de perdre la leur en allant trop loin ?

Le reportage du journal Sud-Ouest qui nous en dit un peu plus sur le sujet.

(1) Les labos dans la course : si l’on cite prioritairement l’Institut Weizmann en Israël, il faut savoir qu’un peu partout dans le monde de nombreux chercheurs se sont attelés à la tâche (à Nantes, Cambridge, Adélaïde, New-South Wales…). (2) Néologisme inventé par l’auteur.

Sources : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-sciences-du-week-end/l-avenement-de-l-embryon-de-synthese-des-perspectives-scientifiques-et-ethiques-vertigineuses_6027374.html – https://www.sudouest.fr/sciences-et-technologie/un-modele-humain-d-embryon-developpe-a-partir-de-cellules-souches-1925379.php – Photo cyborg : https://wccftech.com/humans-turn-cyborgs/ – Photo zombies : https://fr.wikipedia.org/wiki/Zombie – https://discovery.lifemapsc.com/library/images/the-human-embryo-and-extraembryonic-tissues – https://www.futura-sciences.com/sciences/skillz/metiers/metiers-environnement-chercheur-biologie-18/