1

Armement : on progresse !

Il y a déjà quelque temps j’avais abordé les guerres du futur et les ventes d’armes dans le monde par le biais de plusieurs billets. Je vous propose de revoir celui du 17 mars 2018. Depuis, les technologies ont beaucoup avancé. Les drones se sont généralisés et mieux, ils peuvent aujourd’hui décider sans l’aide d’un opérateur, de bombarder ou pilonner une cible, seul ou en essaim, selon des paramètres subtiles définis et insérés dans leur logiciel de fonctionnement. Vous les lâchez dans la nature et ils s’occupent du reste ! “C’est chié non ?” Comme dirait Jack Lang dans un français moderne et impeccable.

Le journaliste Nicolas Poincaré sur RMC dans sa rubrique du 3 juin 2021 nous en apprend davantage. Je vous propose de l’écouter.

Mais, effectivement, tout ne se passe pas toujours très bien. Voici ce que rapporte aussi Yahoo actualités du 31 mai 2021.

Un drone armé “mortel” a “chassé une cible humaine” sans avoir reçu l’ordre de le faire pour la première fois, selon un rapport de l’ONU révélé par le New Scientist. L’incident, datant de mars 2020, a vu un quadcoptère KARGU-2 attaquer un humain de manière autonome lors du conflit opposant les forces gouvernementales libyennes et une faction militaire dissidente, dirigée par le général Khalifa Haftar de l’Armée nationale libyenne, rapporte le Daily Star.

Le KARGU-2, de fabrication turque, un drone d’attaque mortel conçu pour les guerres asymétriques et les opérations antiterroristes, a pris pour cible l’un des soldats de Khalifa Haftar alors qu’il tentait de battre en retraite, selon le journal.

À lire aussiLa Russie développe des essaims de drones sous-marins

Le drone, qui peut être dirigé pour exploser à l’impact, fonctionnait dans un mode autonome “très efficace” qui ne nécessitait aucun contrôleur humain, d’après le New York Post“.

Si vous avez écouté le reportage de Nicolas Poincaré vous savez que nous, Français, n’utiliserons jamais ce type de drone sans le concours d’un opérateur. C’est rassurant pour nos ennemis. Nous éviterons donc les bavures du genre de celle décrite précédemment.

Il est réconfortant, comme les autres puissances, de disposer de ce genre de machine infernale. Mais, bien qu’elles soient sophistiquées, il semblerait que nous n’allions pas encore assez loin dans la complexité des armements. la preuve le très sérieux concours organisé par le Ministère de la Défense qui s’adresse (sans rire, sauf celui de la Ministre) aux jeunes “branchés Star Wars 2060”. Madame Parly et ses proches collaborateurs ont en effet fait appel à leur imagination fertile afin de concevoir, façon Jules Verne, les futures armes de demain et d’après demain. C’est ce que nous apprend la journaliste Ambre Chalumeau dans l’émission Quotidien. Ecoutons-la.

Comme vous le constatez, en matière d’armement on n’arrête pas le progrès. Rappelons que cette industrie présente plusieurs avantages. Elle n’est pas touchée par le chômage ni par les délocalisations. Elle donne par ailleurs du travail a plus de 200.000 de nos compatriotes et, argument imparable nous procure une caution morale, “si ce n’est pas nous, d’autres vendront à notre place” disent-ils. Autres bénéfices de cette activité à la fois lucrative et dangereuse, les devises et les retombées dans le quotidien des découvertes et nouvelles inventions. Raisons de plus pour nous engager dans cette folle course à l’embrasement général. La route vers l’apocalypse est pavée de bonnes intentions. Reste à trouver le psychopathe qui va donner le signal du feu d’artifice.

Encore quelques années Monsieur le bourreau !

Photos : https://korii.slate.fr/ – https://www.nae.fr/drones-en-essaim/ – https://www.defense.gouv.fr/actualites/international/article-army-2020 – Audio : RMC – Vidéo : TMC/Quotidien