La sécurité à la française s’exporte

 

Après Michelle Alliot-Marie qui voulait aider le dictateur tunisien Ben Ali, c’est au tour de notre ministre de l’intérieur Guéant de proposer les services de répression de la République à nos amis anglais aux prises avec des émeutes de rue.

On croit rêver ! Comme si les anglais ne disposaient d’aucun moyen en pareille situation ! Il est vrai qu’avec notre expérience des quartiers sensibles où pompiers, médecins et policiers se font caillasser et où ils ne reviennent plus, avec nos incendies de voitures sans coupables le jour de l’an, nous disposons d’un modèle de savoir faire enviable.

Alors que signifie cette soudaine sollicitation à l’égard de nos voisins britanniques ? Un message à l’attention de nos compatriotes qui auraient des velléités similaires ? Un geste de solidarité envers des gouvernances menacées ? Un coup de “com” ? Allez donc savoir. Quelle qu’en soit la raison, si j’étais anglais je dirais que les “frenchies” continuent de se ridiculiser en jouant les donneurs de leçons.

Photo : lejdd.fr/International/Europe

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *