Le lobbying des laboratoires pharmaceutiques (pour 80 % de médicament inutiles !)

Photo : esismp.com

Eh oui chers lecteurs, ce n’est pas nouveau me direz-vous, mais on a tendance à l’oublier, l’industrie pharmaceutique exerce un intense lobbying auprès des médecins quel que soit leur domaine d’activité (Internes, généralistes, spécialistes). L’influence des laboratoires s’étend aussi aux associations de praticiens et parfois même aux associations de malades. Rien ne les arrête ! Les bénéficiaires de ces largesses seraient plus de 400.000 en France selon une étude de 2015 réalisée sur 2 ans par le site de l’association Regards Citoyens.

Par largesses il faut entendre : repas, hébergements, transports, dons, voyages, congrès, cadeaux divers.

Pire, selon les professeurs Philippe EVEN et Bernard DEBRE, 4000 médicaments ne seraient pas utiles, voire dangereux ! Ne soyez pas résignés pour autant. Il peut être mis un frein à l’enrichissement des laboratoires. La vidéo de 5mn ci-dessous vous en donne 5 raisons.

                         

Il aura fallu le scandale du Médiator pour que les pouvoirs publics par la voie du ministre de la Santé de l’époque (Xavier Bertrand) lèvent une partie du voile recouvrant les pratiques opaques des labos. Il existe depuis un site gouvernemental que je vous invite à consulter qui nous en dit un peu plus (mais cela ne changent rien à ces pratiques) sur les avantages obtenus nominativement par médecin (1). Le mien n’a pas cédé au chant des sirènes pharmaceutiques, et le vôtre ?

(1) Selon un rapport de l’IGAS, les labos consacreraient 25.000 € par an et par médecin pour les influencer ! Ahurissant !?!

Pour en savoir plus sur le sujet :

https://www.capital.fr/economie-politique/les-laboratoires-pharmaceutiques-qui-arrosent-le-plus-les-medecins-et-les-medecins-les-plus-arroses-1020396

Et, cerise sur le gâteau, la Sécu rembourse 80 % de médocs inutiles !?! Voir ci-dessous une interview du Professeur Philippe Even.

                         

Un commentaire

  1. Il y a quelques années, l’ONU considérait l’industrie pharmaceutique comme hors de portée des états, inquiétant. Alors que de grands progrès furent réalisés par des grands noms soutenus par des sociétés savantes (pour mémoire l’infection urinaire était la première cause de mortalité avant les antibiotiques), de nos jours cette industrie comme d’autres sont au service de leurs actionnaires. Plus grave, la chute des coûteuses études nécessaires à la réalisation de nouveaux antibiotiques pour faire face au développement des super-bactéries. Désormais, lorsque des malades sont frappés par l’infection il est préférable de mettre des cierges à notre dame de bonnes nouvelles et il faudra bien qu’un jour les politiques disent au marché ce que le sénateur Gaudin dit aux journalistes à Marseille.

    http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/antibiotiques-l-oms-liste-douze-superbacteries-27-02-2017-6716904.php

LAisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *