L’immigration selon H. LE BRAS est vraiment une chance

En forme de réponse aux informations relatives au Congrès de Marrakech (supposées pour certaines être des fake news), le célèbre commentateur de RMC Jean-Jacques Bourdin accueillait vendredi 14 décembre 2018, Hervé Le Bras directeur d’études à l’Ined (*). Celui-ci, en écho aux justifications migratoires de l’ONU, n’a pas tari d’éloges sur les avantages liés aux migrations. Serez-vous convaincu comme son interviewer ? Présentées sous cet angle, on ne peut qu’approuver, et, il serait vraiment dommageable de laisser partir tous ces gens “diplômés, employables et en bonne santé” en Allemagne ou ailleurs. Voici, en 5 mn, son analyse qui ne laisse pas de surprendre :

Breizh info rapporte sur Hervé Le Bras des faits et des propos peu amènes qui jettent un discrédit sur ce personnage apparemment controversé. Je vous les livre in extenso pour vous faire votre opinion :

Il y a des Bretons qui n’aiment pas la Bretagne. C’est le cas du démographe Hervé Le Bras, directeur d’études à l’Institut national d’études démographiques (Ined). On lui doit, en particulier, L’Atlas des Pays de la Loire, ouvrage dans lequel il montre « que cette région, économiquement et socialement, est très bien faite » (magazine Bretons, avril 2017).

Dans son dernier livre, Malaise dans l’identité (Actes Sud), il y démonte la notion d’identité nationale et son utilisation. «Je comprends qu’on parle d’identité bretonne, car la Bretagne n’est pas un État. Le jour où la Bretagne sera un État, je m’opposerai à ce qu’on parle d’identité bretonne», indique-t-il dans le même entretien. Le sentiment d’appartenance n’est pas sa tasse de thé : «Je ne pense pas que les divisions administratives doivent correspondre avec des divisions culturelles.» Bref, notre homme est hostile au «fait de constituer une Bretagne sur des racines historiques». On peut donc supposer que des « machins » comme le « Grand Est » ou « Hauts de France » lui conviennent parfaitement.

Il n’y a pas que la question bretonne qui vaut à Hervé Le Bras de solides inimitiés. Dans sa profession, quelques esprits non inféodés au Système s’empressent de lui tailler des costards dès que l’occasion se présente. C’est le cas de Christophe Guilluy : « Dans le domaine qui est le mien, celui de la démographie et du territoire, c’est archi-caricatural. Ma discipline est verrouillée par quelques personnages qui ne sont plus là que pour ostraciser. Je reçois désormais des courriels de doctorants qui m’assurent suivre mes travaux, mais m’expliquent qu’il leur est interdit de les citer. Voilà où nous en sommes. C’est le totalitarisme soft dans sa version universitaire. Dit autrement, le système est mafieux : il l’est en ce sens qu’il s’agit de tuer, professionnellement parlant, les pensées dissidentes. C’est la mésaventure qui est arrivée à Michèle Tribalat. Cela fait plus de quarante ans qu’elle accumule les études, statistiques à l’appui. C’est quelqu’un qui produit, contrairement à des gens comme Hervé Le Bras et Emmanuel Todd. Sa carrière a été un long calvaire, elle ne pouvait même plus aller physiquement à l’Institut national d’études démographiques (Ined), elle devait travailler chez elle, tans Le Bras et ses acolytes l’ont harcelée. Pour mémoire, elle avait attaqué, dans les années 1970, Le Bras sur sa méthode, pointant ses erreurs statistiques et le coinçant sur un point de méthode loin d’être négligeable puisqu’il conditionne l’ensemble de ses travaux. Le Bras n’a rien eu à lui répondre, sinon qu’elle prenait la suite des statistiques ethniques sous Vichy. Mal lui en prit, Michèle Tribalat n’a pas eu de mal à prouver qu’il n’y a pas eu de statistiques ethniques sous Vichy ! Qu’importe, le scud était lancé. Interdit de donner les vrais chiffres de l’immigration. En grand manipulateur, Le Bras – et avec lui les réseaux du Monde et la mafia universitaire – a toujours communiqué sur le solde migratoire, arnaque complète. Le tour de passe-passe a beau être énorme, il n’en a pas moins été reçu comme vérité intangible. Or, on ne peut pas considérer qu’il n’y a pas d’immigration au prétexte que de jeunes Français surdiplômés s’installent en masse à Londres ou ailleurs. Tribalat n’en est pas restée là, puisqu’elle s’en est prise à Todd, autre vache sacrée, sur la question des mariages mixtes, autre arnaque. » (Éléments, avril-mai 2017).

Si on comprend bien, Hervé Le Bras n’est pas seulement un mauvais Breton, mais également, si l’on en croit Guilluy, un scientifique aussi douteux que sectaire.

Moralité : généreux en ce début de semaine, je vous propose 2 citations : “Qui n’entend qu’une cloche, n’entend qu’un son” (Proverbe français). “Est plausible ce que vous parvenez à faire avaler à vos lecteurs” (Somerset Maugham).

Dernière minute : des généraux “félons” (comme dirait J-M Le Pen) accuse Macron de trahison ! Encore une info restée sous le boisseau. Peut-être une fake news ?

(*) un institut (encore un !) dépendant des ministères de la Recherche et du Travail, chargé d’étudier les problèmes démographiques sous tous leurs aspects.

Photo : http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2017/03/macron-immigration

2 commentaires

  1. Laissons de coté les troisième de cordée et regardons les grandes affaires, les milliardaires sont dans leurs rôles de gagner des sous mais leurs “amis”??? J’avoue que j’ai un peu la frousse que ca se termine par une option à la brésilienne. Vite deux cierges à Notre Dame de Bonne Nouvelle..Et il va bien falloir un jour ou l’autre rendre le fric!
    PS : à revoir le film “L’enquête” sur l’affaire clairstream.

    https://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/denis-robert-juncker-est-la-79727

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *