Un futur grand commis…que de l’’Etat

 

Rebsamen

Photo :Wikipédia

A peine adoubé par son grand ami  François Hollande, François Rebsamen, partisan inconditionnel du cumul des mandats, n’a pas attendu pour se faire remarquer. Commentant les derniers chiffres désastreux du chômage, il a regretté qu’ils soient publiés mensuellement. Ce se serait tellement mieux si on en parlait qu’une fois par an ! C’est aussi ce que doivent penser bon nombre de lycéens et collégiens qui seraient heureux que l’on aborde la question des notes uniquement sous la forme d’une tendance lors du conseil de fin d’année.

Selon M. Rebsamen, “il faut aller plus vite, plus fort et amplifier les efforts”. Encore un François bien parti pour brasser de l’air et enfoncer les portes ouvertes ! Rendez-vous fin mai pour la publication des chiffres d’avril où l’on constatera probablement “une légère baisse de la tendance à la hausse“.

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

  1. Comme d’habitude, des mots, des mots, sans aucune vision dans la durée et beaucoup d’énergie dépensée pour les conséquences immédiates, la mondialisation est une réalité et il faut sortir du rêve. Pourtant, ce ne sont pas les sujets qui manquent : la place de la France dans l’accord Euro-USA, l’évolution positive de l’Europe, le renforcement de nos points forts et de l’enseignement… Je lisais une proposition qui consistait à distribuer une tablette numérique à tous les enfants et de la construire en France, qu’en pensez-vous monsieur Rebsamen ?

  2. Comme d’habitude, des mots, des mots, sans aucune vision dans la durée et beaucoup d’énergie dépensée pour les conséquences immédiates, la mondialisation est une réalité et il faut sortir du rêve. Pourtant, ce ne sont pas les sujets qui manquent : la place de la France dans l’accord Euro-USA, l’évolution positive de l’Europe, le renforcement de nos points forts et de l’enseignement… Je lisais une proposition qui consistait à distribuer une tablette numérique à tous les enfants et de la construire en France, qu’en pensez-vous monsieur Rebsamen ?