Inégalités à l’Assemblée

C‘est curieux, je me préparais à aborder un sujet sur les fonctionnaires parmi les mieux payés de France quand une internaute m’a adressé une intervention du député Ruffin à l’Assemblée nationale. Jusque-là rien d’exceptionnel me direz-vous. La singularité de cette coïncidence réside dans le fait que M. Ruffin exposait avec justesse dans une courte vidéo, le travail ingrat des femmes de ménage au Palais Bourbon pour… 600 euros mensuels pendant que, sous le même toit, cohabite un millier de fonctionnaires dont le traitement selon l’IREF (1) dépasse largement celui des… députés, pour lesquels ils sont employés ! Renversant, quand on sait déjà que nos représentants ne sont pas parmi les plus malheureux de nos concitoyens !

Je vous laisse découvrir plus bas la vidéo de M. Ruffin. Pour ce qui concerne les fonctionnaires de l’Assemblée, objet principal de mon billet, accrochez-vous. C’est chez M. Bourdin (RMC) que l’information est sortie de la bouche du Président de L’IREF Jean-Philippe Delsol, invité fin mai-début juin 2018 (interview introuvable). Je pensais que l’information allait faire grand bruit. Il n’en a rien été.

Étonnant quand on apprend que ces fonctionnaires disposent d’un statut particulièrement avantageux. Une grille de traitement indiciaire exceptionnelle leur est réservée qui peut leur accorder jusqu’à 18.000 euros mensuellement  . L’information aurait dû effectivement exciter les médias mais pour une raison que je ne m’explique pas, un voile de pudeur l’a recouverte et seules deux dénégations dans la journée l’ont classée dans les fake news. Pourtant l’étude de l’IREF présente toutes les garanties d’objectivité requises pour être accréditée. Jugez-en.

Selon cette étude, jusqu’en 1996 les 1132 fonctionnaires étaient embauchés à l’Assemblée par cooptation. On devenait huissier de père en fils à la manière des cols rouges de Drouot en quelque sorte. Aujourd’hui je suppose que le recrutement doit être régularisé et officiel, quant à la sélection, j’ignore ses modalités. Quoi qu’il en soit, qu’on fasse appel au piston pour trouver sa voie, c’est une pratique largement admise dans le pays, les relations entre connaissances étant parfois plus efficaces que les propositions de Pôle Emploi. Ce qui surprend ce sont les traitements (l’équivalent des salaires chez les fonctionnaires) et le secret qui entoure cette catégorie professionnelle. La chaîne M6 avait déjà abordé le sujet sans succès. France-info en 2013 s’est risquée et un journaliste en a même fait un livre. L’énormité des chiffres n’a pas due paraitre crédible.

Au moment où les fonctionnaires de Bercy sont dans le collimateur des suppression de fonctionnaires (5.000), leurs homologues du Palais Bourbon ont toutes les raisons d’être inquiets. Quant aux femmes de ménage…

                            

(1) IREF :  Institut de Recherches Économiques et Fiscales – https://www.facebook.com/Institut-de-recherches-%C3%A9conomiques-et-fiscales-274155574073/

Photo : Internet.

Un commentaire

  1. Les coûts cumulés de fonctionnement de l’Assemblée Nationale, du Sénat et du Conseil Économique Social et Environnemental sont de l’ordre du milliard d’euros, selon l’expression consacrée c’est le coût sacré de notre démocratie. Hors, beaucoup de nos lois sont décidées par des structures supranationales en totalité pour le domaine agricole et environnemental, beaucoup moins pour le social et le médical, certains avancent le chiffre de 80 % en moyenne. En outre la BCE décide pour notre monnaie, les USA s’occupent de notre défense (aucun vote pour la réintégration de la France dans l’OTAN), et à la radio M. Moscovici défendait un matin le concept de démocratie des marchés (au secours Montesquieu). Enfin, je trouve que notre constitution est de plus en plus malmenée. Bref, lorsqu’on achète un service on met en relation la qualité et son prix, les toilettes sont parfaites et pour le reste qu’en pensez vous ?

LAisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *