Députés : eux aussi ont osé !

Avec un sens de la modération propre au quotidien, l’Ouest-France du 16 octobre 2019, sous la plume de Vincent Jarnigon, nous apprend qu’une centaine de députés (chiffre à vérifier) vont voir leur allocation logement mensuelle passer de 900 à 1200 euros. Cette petite centaine correspond aux députés qui ne disposent pas de couchage à l’Assemblée ni de chambre dans la résidence mise à leur disposition. J’ai précisé “chiffre à vérifier” car les députés réellement impactés ne sont pas officiellement connus ; et, il n’est pas impossible que d’autres, alléchés par le nouveau montant, soit incités à revoir leurs conditions d’hébergement.

1200 euros pour 12 à 16 nuits par mois passées à Paris (les députés arrivent généralement le lundi et repartent le vendredi) c’est pas mal payé quand on sait qu’ils ne disposent, les malheureux, que de 7.200 euros de rémunération et de 5.000 euros de frais de mandat. Le journaliste ne dit pas si ce sont les 5 euros par mois retirés aux étudiants qui servent à financer cette augmentation de 300 euros laquelle porterait la dépense au minimum à plus de 300.000 euros l’an. Notez au passage que 1.400 euros c’est parfois la maigre rémunération mensuelle, gracieusement allouée par certains députés généreux, à  leurs collaborateurs parlementaires.

Mais j’en reviens au titre pudique que M. Vincent Jarnigon a donné à son article. Quand il affirme que cette augmentation va faire tousser certains, je pensais naïvement qu’il faisait allusion aux Français en général et, particulièrement, aux 3,8 millions de personnes qui selon la fondation Abbé Pierre, souffrent de mal-logement ou carrément d’absence de logement personnel. Non, non pas du tout ! Il fait allusion aux syndicats de collaborateurs parlementaires, ces assistants qui, il est vrai, ont aussi de quoi “gueuler” et non tousser comme il le dit fort élégamment (voir son article ci-dessous).

Moralités : pour le journaliste : on ne voit les choses que de l’endroit où l’on se place et, pour les députés : charité bien ordonnée commence par soi-même.

(Cliquez sur le document pour l’agrandir)

 

 

 

 

 

Photo : Internet

Un commentaire

  1. La France c’est plus de 600000 élus dont beaucoup de grands cumulards, inacceptable, à la louche un député ou un sénateur coûte à la France 1 million d’euros par an et tout ça pour une dette hors de contrôle de quelque 2350 milliards soit 35000 euros par habitant, la charge de cette dette est de l’ordre de 45 milliards par an (soit l’impôt sur le revenu), une vraie bombe atomique financière qui appelle des questions sur la gestion de ce pays. En plus, le télégramme de ce matin questionne une petite gratte d’un million pour la maire du 7ième comme indemnités de conseil au profit de Renault – Promis, juré, craché, dans ma prochaine vie je serai Maire de Marseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *