COVID-19 : le vaccin ARN rapidement expliqué par Michel Cymes

Les explications du “French mediatic doctor” Michel Cymes sont toujours instructives et pédagogiques. Il s’exprimait dans la matinale d’Yves Calvi sur RTL ce 16 décembre 2020. On se souvient que M. Cymes était allé un peu vite en besogne au début de la pandémie quand il avait affirmé précipitamment que le Covid-19 n’était en réalité qu’une grippette. On ne lui en a pas tenu rigueur, car il n’a pas été le seul à se tromper à cette époque.

Le revoilà sur RTL dans une chronique très rassurante, les mauvaises nouvelles concernant notre propre santé étant plutôt réservées aux spécialistes et médecin traitant qui nous suivent.

En trois minutes, il nous explique ce qu’est le vaccin ARN et comment il pénètre dans nos cellules pour déclencher des anticorps et donc l’immunité qui va nous protéger. C’est pédagogique et par conséquent “on ne nous dit pas tout” sur les effets à moyen ou long terme de cet ARN d’origine virale et particulièrement sur notre propre ARN d’humain.

En revanche on apprend surtout qu’on ne dispose pas assez de recul sur les réelles propriétés de ce vaccin qu’il faudra à tout prix adopter car unique planche de salut pour en finir avec ce fichu virus; à savoir :

  • La durée de sa protection : testée sur 34 personnes, le vaccin Moderna aurait des anticorps persistants 3 mois. Est-ce suffisant ? Et après que fait-on ? Il ne le dit pas.
  • Son aptitude à stopper la transmission : on n’en sait rien affirme-t-il ! Vous me direz, si il vous protège, tout le monde n’a qu’à en faire de même et la question ne se posera plus. Remarque personnel, à mon humble avis il ne devrait pas arrêter la transmission. S’il est sur vous et que grâce au vaccin il n’a aucun effet, rien ne l’empêchera de sauter sur votre voisin. 🙂
  • Et enfin, sa tolérance : sur ce point le docteur est formel. Il y aura des effets secondaires, c’est inévitable. Mais dans une proportion de moins de 5 % et pour de petites réactions (rougeurs, fièvre, maux de tête…) Se voulant toujours rassurant il ajoute, tous ces symptômes feront l’objet de la part des chercheurs d’une surveillance étroite par l’observation et la prise de notes conduisant à la rédaction de rapports circonstanciés. Quant aux effets plus sérieux (là, pas de chiffres ni de pourcentages évidemment), il sera difficile d’incriminer le vaccin car, il ne le dit pas mais le pense certainement, les experts du corps médical n’auront aucune difficulté à objecter qu’une maladie consécutive à l’injection d’un vaccin était peut-être déjà bien avancée et que, vaccin ou pas, elle se serait quand même déclarée. Conclusion, assurez-vous préalablement par un certificat médical qu’au moment de la vaccination, vous étiez en excellente santé. On est jamais trop prudent !

Comme il le dit si bien en fin de rubrique, il va falloir que le corps médical et les journalistes fassent preuve de beaucoup de doigté, de transparence et de pédagogie dès que des accidents sérieux post vaccinations seront constatés. En les classant dans la catégorie fakes news avec l’aide des médias, la manœuvre devrait rassurer le public crédule. 🙂

Je vous propose de l’écouter (3 mn18).

Photo : fr.news.yahoo.com

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

6 commentaires

  1. Comme le dit Roger et comme beaucoup de Français l’ont constaté, s’il y avait des économies à réaliser ces dernières années en matière d’effectifs dans la Fonction Publique, c’était surtout dans les hautes sphères, dans les états-majors plutôt que sur le terrain et dans les hôpitaux en particulier. Surtout que ces “élites” n’ont pas brillé par leur efficacité, ni par leurs résultats. Par ailleurs concernant le(s) vaccin(s), j’espère que ces mêmes “élites” montreront l’exemple en se faisant vacciner les premiers, afin de vérifier si les effets indésirables sont nombreux. A titre personnel, je préfère attendre un peu : wait and see !!!

  2. Je vous donne texto un extrait (29/09/2020) de Tahititoday.net et en recherchant sur ce site à la date du 4 avril vous trouverez le cursus du Pr Didier Raoul.

    « Ubuesque !
    Cette épidémie a fait découvrir que nous avions en France :
    -Le Ministre de la Santé
    -Le directeur général de la Santé
    -La direction de Santé Publique France
    -Le Directeur de la Haute Autorité de Santé
    -les Directeurs des Agences Régionales de Santé
    – Le Directeur de l’Agence Nationale Sanitaire
    – la Direction de l’Alliance Nationale pour les Sciences de
    -la Vie et de la Santé : Épidémiologie-France
    – Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
    -L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et de la Santé.
     
    Un nombre d’infectiologues parisiens incroyablement et anormalement élevé, probablement lié au fait que les virus et bactéries descendent de l’avion à CDG et ouvrent leur siège social près de la place de l’Étoile.!
    Mais comme tout cela ne suffit toujours pas ! Et suite à cette épidémie , nos chers politiques, monstres d’efficacité, de pragmatisme, toujours soucieux d’économiser les finances publiques, vont créer :
    – le Haut Commissariat de Lutte contre les Épidémies
    – Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
    – L’Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale .
    – 5 000 fonctionnaires en plus (et les petits copains à placer) et où ça ? : à Paris, évidemment !
     La prochaine fois, on aura peut être des masques mais il va manquer les gants ! La médecine française croule en effet sous “l’administratif centralisé”… géré par des technocrates dits “experts, mais totalement “incompétents ! Au secours ! »

        1. extrait (29/09/2020) de Tahititoday.net et en recherchant sur ce site à la date du 4 avril vous trouverez le cursus du Pr… (Les vieux articles semblent progressivement éliminés du site).
          Cordialement JP

Les commentaires sont fermés