Climat : les Chinois feraient la pluie et le beau temps (1)

Encore dans les brumes du réveil matinal, j’ai ouvert ma radio peu avant 7 heures ce lundi 28 décembre 2020. A ma grande surprise, le spécialiste High-tech de RMC, Anthony Morel, abordait le sujet passionnant de l’implication directe de l’homme, et plus précisément du Chinois, sur “la fabrication artificielle” des intempéries (pluies, vents etc.). M’étant déjà intéressé au sujet, j’ai tendu l’oreille.

Et oui ! Les Chinois envisageraient de jouer les apprentis sorciers avec le climat (en réalité ce n’est pas un scoop, ils le font déjà depuis longtemps) mais, rassurez-vous c’est annoncé cette fois pour la bonne cause. Mettre, ou enlever la pluie là où il faut, est un impératif vital pour les habitants de l’empire du Milieu en quête permanente d’améliorer les récoltes pour une population aux besoins sans cesse grandissants. Une technique supposée laisser pantois ces occidentaux incapables d’une telle prouesse.

Il est fort probable que les quelques Français déjà levés dès potron-minet ont écouté la chronique distraitement et sans trop y croire ou peut-être, pourquoi pas, en s’enthousiasmant ou encore en pensant à Hollande.  Pourtant le sujet est on ne peut plus sérieux et confirme de nombreuses enquêtes qui n’ont pas eu les retentissements qu’elles méritaient car sans doute moins rassurantes. Il est vrai qu’affirmer aux gens que lorsqu’il y a trop de vent, de pluies ou à l’inverse, pas assez, on peut régler ces intempéries à souhait, est peut-être de nature à réjouir mais aussi à inquiéter, c’est selon. L’information étant en l’occurrence présentée sous la forme d’un progrès technique, là, ça change tout. C’est rassurant et de plus c’est magique ! Les Chinois seraient donc les premiers à réussir ce tour de force.

Détrompez-vous la technique est bien connue des grandes puissances seulement elle n’est pas toujours utilisée à des fins humanitaires et c’est la raison pour laquelle la Presse a été jusqu’à présent discrète sur le sujet. Cependant, comme le laisse entendre le chroniqueur et comme aiment à le dire les journalistes,  on peut penser qu’il y aura désormais un avant et un après… cette chronique, le sujet ayant été officiellement abordé, mais prudemment il est vrai.

Modifier le climat est un vieux rêve de l’homme. Il s’est concrétisé dans les années 1950. Je ne suis pas sûr qu’à l’époque le but était d’améliorer son quotidien. Au moment de la guerre froide les Russes et Américains cherchaient par tous les moyens à dominer l’autre. Et la possibilité de détruire le potentiel vital de l’adversaire était une préoccupation permanente chez les militaires. En agissant directement sur le climat on pouvait lourdement endommager les biens et ressources ennemis. La technique en quelques décennies a progressé et est devenue une arme efficace, à telle enseigne qu’aujourd’hui on peut, grâce à des ensemencements de produits chimiques dans l’atmosphère (oxyde d’aluminium, stéarate de baryum et autres joyeusetés) et aussi à la projection de rayons électromagnétiques extrêmement puissants comme ceux générés par HAARP (2), déclencher à loisirs tempêtes et cataclysmes.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu(e), il faut que vous sachiez que la lanceuse d’alerte Claire Séverac (photo ci-contre) en a déjà parlé dans de nombreuses circonstances (livres, chroniques, interviews sur Youtube) et dans des termes très inquiétants ! Voir un précédent billet que j’ai consacré à cette question. D’ailleurs, elle n’est pas la seule à avoir traité le sujet. Le site Sity.net, pour ne citer que celui-là, affirme que les 2 grosses tempêtes des 25 et 27 décembre 1999 auraient été commandées par les Américains pour “sanctionner l’attitude récalcitrante de la France sur la mondialisation, les OGM, et le traité de l’AMI”.  D’autant qu’il existe une Convention internationale (tiens, tiens) qui porte sur : ‘’L’INTERDICTION D’UTILISER DES TECHNIQUES DE MODIFICATION DE L ENVIRONNEMENT A DES FINS MILITAIRES OU TOUTES AUTRES FINS HOSTILES.” (3) Ouf ! Nous voilà rassuré(e)s !

Je ne m’étendrai pas plus longtemps sur le sujet. Je souhaitais simplement appeler votre attention sur les “dérèglements climatiques” qui ne sont pas toujours des caprices de Mère nature laquelle peut encore servir de paravent à des règlements de comptes entre puissances économiques. Faisons donc preuve de discernement notamment quand la météorologie nationale s’étonne de tel ou tel évènement climatique comme en 1999 (revoir la page d’accueil du site Sity.net).

Merci à Anthony Morel d’avoir osé aborder le sujet. Dommage qu’il n’ait pas eu l’audace d’approfondir le côté négatif des manipulations. Ce sera sans doute pour une autre fois.

Maintenant que l’on sait officiellement que l’homme peut agir sur le climat, on est en droit de se demander si ce pouvoir se limite, dépasse ou peut contrarier le réchauffement climatique. Un autre sujet à aborder en 2021.

Voici la chronique (3 mn 23) :

Photos : http://pdfdownload.eklablog.com/le-projet-h-a-a-r-p-la-manipulation-du-climat-et-a136736754 – Internet
(1) Est-il besoin de préciser que Russes et Américains maîtrisent aussi cette technique ? –  (2) Voici ce que dit Fabien Locher historien au CNRS : “ Il y a bien eu des projets deguerres météo”. En 1946, le Prix Nobel de chimie Irving Langmuir proposait un projet d’ensemencement des nuages avec, in fine, la possibilité de faire pleuvoir. On est sûrs de cela : les archives militaires américaines le confirment, quand celles des Soviétiques sont évidemment moins bavardes, souligne l’historien. La difficulté, c’est que contrairement aux armes atomiques, qui laissent forcément des traces en cas d’essais nucléaires, les guerres météorologiques sont invisibles. Pour un projet comme “Popeye”, nom d’une expérimentation menée pendant la guerre du Vietnam, on a bien des archives, mais pas de bilan avec des résultats précis.” – (3) Pour les non initiés, l’ensemble de ces techniques sont regroupées sous l’appellation de géo-ingénierie. Le terme recouvre selon Wikipédia “l’ensemble des techniques qui visent à manipuler et modifier le climat et l’environnement de la Terre“. Mais, nous venons de le voir, les objectifs visés ne sont pas toujours ceux recherchés.

 

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

Un commentaire

  1. Ah bon ? Peut-être que oui, peut-être que non. Quoiqu’il en soit, les humains ont déjà suffisamment détraqué la planète. Mais on peut supposer qu’ils peuvent toujours faire pire. Par ailleurs, depuis la fin de la guerre froide et la fin de l’URSS, nous étions manifestement en manque de “méchant”, face au camp occidental. Tel qu’est parti le XXIe siècle, la Chine semble toute désignée pour remplir le rôle. Elle est déjà fortement soupçonnée, notamment par Trump, d’être à l’origine de la crise sanitaire et de l’avoir diffusée mondialement. Et maintenant ce serait le climat ! Mais comme dit le proverbe : “on ne prête qu’aux riches” …
    Avec mes meilleurs vœux pour 2021 !

Les commentaires sont fermés