Linky : il faudra passer à la caisse

Une fidèle lectrice que je salue au passage, m’a communiqué avant-hier le lien MSN que je vous adresse à mon tour en fin de billet. Eh oui, il faudra s’y résoudre, les compteurs Linky annoncés gratuits ne le seront pas ! Les prophètes qui se voulaient rassurants à l’époque, relayés par les médias, nous avaient pourtant presque convaincus. Eric BessonSeules, quelques personnes avisées qui savaient que les appareils n’étaient pas tombés du ciel, se doutaient bien qu’ ENEDIS (1) rentrerait, d’une manière ou d’une autre, dans ses fonds. Ces visionnaires pensaient même que le remboursement se ferait par le biais occulte d’une taxe incompréhensible noyée avec d’autres, aussi peu explicites, au dos de la facture de votre fournisseur d’électricité. Perdu ! Ce ne sera pas sous la forme d’une taxe absconse qu’ENEDIS récupérera sa mise mais par un supplément forfaitaire annuel de 15 euros sur une période de 10 ans. La pilule ne sera pas trop amère diront certains.

Si le remboursement de l’appareil avait été annoncé avant l’installation des premiers compteurs, il y a fort à parier que le parc ne serait pas composé à ce jour de 32 millions de compteurs. Bien joué ENEDIS !

 

Les explications de RTL :

Moralité : on le savait, mais il est bon de le répéter, “Il ne faut pas écouter les politiques qui s’engagent au-delà de leur mandat” ; pas plus que d’autres d’ailleurs au cours de leur mandat. 🙂

L’article MSN.

(1) ENEDIS est le nouveau nom de ERDF la société qui gère le réseau public d’électricité. EDF n’est qu’un fournisseur parmi une trentaine d’autres, dits alternatifs. Mais EDF reste le plus populaire et donc le plus sollicité.

Photo : Capital – Vidéo : Capital/MSN – Audio : RTL

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

4 commentaires

  1. Linky est un appareil au service d’une politique. Hier soir (02/06) je suivais un débat sur France 5, C dans l’air, qui traitait de la nouvelle politique énergétique de la France ou plutôt son absence avant le chaos et Elie Cohen grand observateur signalait que l’entreprise publique EDF était fonctionnelle et performante mais contraire à la doxa libérale qui soutien que l’entreprise privée est supérieure aux directions publiques qui doivent s’effacer. En outre, la génétique de base de l’UE repose sur l’ordolibéralisme « stabilité de la monnaie et commerce libre et non faussé » cette philosophie introduite en 1957 en Allemagne par Milton Friedman et ses Chicago Boys défendaient l’enrichissement par des effets de ruissellements, nous savons aujourd’hui que le ruissellement existe mais il coule du bas vers le haut. Pensée pour les deux grands laboratoires de ces funestes politiques que furent le Chili et l’Argentine. Je vous assure n’avoir jamais milité pour le parti communiste mais se sont les faits et tant que nous n’arrêterons pas ces philosophies nous nous déliterons dans une bouillie mondialisée comme le pense quelque 73% des Français..

    Emission : Linky – Embrouilles aux compteurs
    https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/2487357-emission-du-mercredi-2-juin-2021.html

    1. Lorsque je parle du chaos à venir pour notre électricité je mesure les mots et ne suis pas le seul, Yann Quéfelec termine sa chronique du Télégramme – Forum (04/06) «  ..Barnum éolien… jamais l’avenir n’aura coûté aussi cher à nos enfants… L’époque est cinglée ». Le film suivant argumente, à regarder surtout par les propriétaires et territoires ayant des moulins sur leurs propriétés en échange d’un loyer, demain ils risquerons de démanteler ces éoliennes à leurs frais.

      https://www.contrepoints.org/2021/06/03/398838-eoliennes-du-reve-aux-realites-a-voir-absolument

  2. Tout ce pataquès n’est qu’une préparation psychologique des consommateurs, comme à chaque fois que les politiques s’apprêtent à nous imposer une “réforme” quelconque. Ce n’est pas une raison pour s’y plier. D’ailleurs, à ce sujet, l’Association de consommateurs UFC-Que Choisir a déjà sorti une pétition, il y a trois ans, contre cette obligation d’avoir à payer 15 € annuellement durant une décennie, pour rembourser le déploiement des compteurs. C’est d’autant moins justifié que l’emprunt contracté par ENEDIS au très bas taux de 0,77 % auprès de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), au titre d’un différé tarifaire, va se transformer en un taux de 4;6 % pour les consommateurs qui devraient maintenant le rembourser. Selon le Télégramme de ce jour, ENEDIS s’octroierait ainsi une marge d’un demi-milliard d’euros. Par ailleurs, il faudrait également prendre en compte les économies réalisées par ENEDIS du fait de la réduction de sa masse salariale, liée aux emplois supprimés par cde fameux compteur. Faudrait peut-être exagérer et se foutre des consommateurs auxquels on avait promis une installation gratuite. Certes, les promesses n’engagent que ceux qui y croient, mais à force de les enfumer, ils pourraient se rebeller. Trop, c’est trop !

  3. Dans le monde du commerce, il n’y a jamais rien de gratuit. Les politiques le savent bien et la crédulité des français dans ce domaine dépasse l’entendement. Les politiques nous font des promesses qui ne les engagent jamais , mais seuls les française qui y croient .
    Ce qui se passe à la SNCF est la meilleure représentation de ces mensonges.
    Nous sommes entrés dans une aire d’élections. Les hommes politiques qui tentent de remplacer ceux qui sont au pouvoir, nous déclare sans ambigüité que nous avons voté pour des imbéciles. Ils oublient de nous dire qu’ils sont eux-mêmes des incapables.
    Foutu choix que de soutenir des imbéciles ou de choisir des incapables. C’est le prix de notre liberté.

Les commentaires sont fermés