Europe : élections du Parlement 2024

Un petit tour et puis s’en vont ! Les élections européennes avaient pourtant défrayé la chronique et passionné les Français pendant quelques semaines. Et puis la vague bleue marine, annoncée par les sondeurs, est venue submerger le pays. 97% des communes de 500 à 2000 habitants ont voté RN ! Les résultats encore incomplets ce 9 juin 2024, le Président Macron qui avait pressenti le camouflet, décidait de dissoudre l’Assemblée nationale à la stupéfaction générale. Voir ci-dessous la France des européennes au soir du 9 juin 2024 et les résultats définitifs (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Les résultats définitifs des listes principales sont donnés ci-dessous :

Les résultats définitifs des listes principales sous la forme d’un trombinoscope se présentent comme suit :

Les résultats définitifs (présentant les listes ayant des élus) à Pont-Scorff (56620) :

Dès lors, le tsunami RN reconnu, l’étude des résultats des européennes passaient au second plan des chaines nationales d’information. Les journaux quotidiens ont bien sûr analysé les votes des Français et Européens mais les enseignements n’ont pas prêté à des commentaires approfondis. Il fallait vite parler des prochaines législatives dont les dates des 30 juin et 7 juillet ont été aussi rapidement communiquées.

Considérant que les médias allaient un peu trop vite en besogne, je me suis appesanti quelque peu sur les résultats qui méritaient, en France comme dans le reste de l’Europe d’ailleurs, une plus grande attention. Rassurez-vous je me contenterai de l’essentiel.

Pour la France, 8 enseignements sont à retenir :

  • Le RN a fait un score historique car il a su peser, seul, sur ce que certains médias de Gauche (Libération et le Nouvel Obs notamment) appellent le «ressenti des Français» à savoir : le pouvoir d’achat, l’insécurité et l’immigration (31,36%).
  • Le parti macroniste soutenu par Mme Hayer n’a pas convaincu et se place deuxième loin du RN (14,6%). Personne n’a été surpris par le faible pourcentage obtenu par cette liste tant les macronistes sont à la peine dans ce second quinquennat.
  • Le parti socialiste par la voix de M. Glucksmann a constitué la surprise en se plaçant troisième, pas très loin de Mme Hayer. Beau sursaut citadin de la Gauche socialiste après le désastre du quinquennat Hollande (13,8%).
  • LFI malgré ses outrances parlementaires et sa non reconnaissance des actes terroristes du Hamas lors de l’agression d’Israël le 7 octobre 2023, conserve toujours des partisans (9,9%).
  • Grosse déception des Républicains représentés par M. Bellamy. Le parti a été victime de ses tergiversations lors des débats sur la loi retraite (7,2%).
  • Net recul des écologistes de Mme Toussaint qui a flirté avec les 5% (5,5%) Les excès des maires écolos et des ayatollahs verts obsédés par la transition climatique n’ont pas été du goût des Français dont les préoccupations, on l’a vu plus haut, sont ailleurs.
  • Madame Marion Maréchal a elle aussi flirté avec les 5% (5,47%). Elle réalise un score honorable pour une première participation.
  • Surprise, coté Bretagne, où la tendance est généralement marquée à droite. Les agriculteurs ont voté en masse RN c’est évident. Déçus de l’Europe agricole ?

A l’étranger la droite populiste continue sa progression. Rien d’étonnant quand on connait les décisions ultra libérales de Bruxelles orientées principalement sur la limitation des dépenses des États et l’accentuation outrancière de la mondialisation.

En Allemagne, le parti AfD (extrême droite) est le deuxième parti avec plus de 16% des voix. Les verts décrochent et passent de 25% à 12,1%. En Italie, Giorgia Méloni fait un score entre 26 et 30%. Sa politique ne semble pas effrayer les Italiens autant que les Français lorsqu’elle a été élue. Au Pays-Bas, le parti d’extrême droite, seul, (PVV) arrive second derrière la coalition écologiste. En Espagne, la formation d’extrême droite (Vox) confirme sa troisième place. Au Danemark, l’extrême droite divisée en deux partis totalise 17% des intentions de vote. En Autriche, percée historique du parti d’extrême droite FPO avec 27% des voix…

Le nouveau Parlement européen :

Au final, bien que la montée populiste soit évidente, il ne devrait pas y avoir de grands changements dans la composition du futur Parlement dont l’équilibre des partis est maintenu. Pour y voir plus clair, il faudra attendre le jeu des alliances où des groupes inconnus, dits de Droite, comme CRE et ELDD, auront un rôle déterminant à jouer dans le vote des lois proposées. Mais là, hélas, nous n’aurons plus voix au chapitre.

Sources  : Photo : https://www.strasbourg-europe.eu/2023/06/07/les-elections-europeennes-auront-lieu-du-6-au-9-juin-2024/ – https://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20240611IPR21948/election-2024-mise-a-jour-de-la-projection-des-sieges-pour-le-nouveau-parlement – https://www.data.gouv.fr/en/reuses/cartes-interactives-des-resultats-des-elections-europeennes-de-2024-en-france/ – https://fr.linkedin.com/posts/toute-leurope_r%C3%A9sultats-ue-europe-activity-7205928595662196736-VdtT – https://www.europe1.fr/politique/europeennes-2024-jordan-bardella-en-tete-valerie-hayer-deuxieme-decouvrez-tous-les-resultats-4251830 – https://election-europeenne.linternaute.com/resultats/resultat-des-europeennes-a-pont-scorff-l-election-2024-en-direct/ville-56179 – https://www.ladepeche.fr/2019/05/27/le-nouveau-visage-de-leurope,8223410.php

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

2 commentaires

  1. Malheur au pays dont le Prince est un enfant. Souvenez-vous de l’affaire Alexandre Benalla ce n’est pas une vue de l’esprit, et cette vente aux américains de nos turbines vapeur Arabelle et la Nouvelle Calédonie, et notre dette de 3200 milliards, Etc… Quant à l’insécurité qui règne en France, il est temps de faire le ménage, comme cette jeune fille de 12 ans violée à Courbevoie par trois adolescents, et ce n’est ni la faute du RN ni le réchauffement climatique.

    https://www.lefigaro.fr/faits-divers/hauts-de-seine-trois-adolescents-de-12-et-13-ans-interpelles-pour-un-viol-a-caractere-antisemite-sur-mineur-20240618

  2. Cela menaçait depuis si longtemps qu’il fallait bien que cela éclate un jour, à force de jouer avec le feu et de promettre, tel Macron : « c’est moi ou le RN, ou le chaos ». A force d’avoir trompé les électeurs, Macron s’est pris la baffe qu’il méritait. Ce n’est pas faute d’avoir été prévenu, après la révolte des Gilets Jaunes, après la réforme tant contestée des retraites, l’absence de débat à l’occasion des dernières élections présidentielles et législatives. Maintenant, il est prévisible que sa fin de mandat soit un vrai calvaire. Pour autant, personne ne le plaindra parce qu’il l’a cherché et l’a provoqué par son « management » autoritaire, complètement égotique. Les Français ont estimé qu’il n’avait pas tenu ses promesses ou rempli ses objectifs (comme on dit en entreprise). Ils lui ont donc retourné la monnaie de sa pièce. Le problème, dans cette triste histoire, est que, comme d’habitude, ce sont plutôt les citoyens qui trinquent.

Les commentaires sont fermés.