COVID-19 : mais qui sont ces Antivax et Anti passe sanitaire – Partie 1/2 ?

4 août 2021 – Coronavirus – Santé – Société – Vaccination.

Depuis 3 semaines les Antivax et les anti passes sanitaires manifestent le week-end. Ils étaient plus de 200.000 samedi 31 juillet au niveau national, 160.000 le samedi précédent.

A la manière d’un journaliste, je me suis essayé au petit jeu de l’identification de ces Français qui “empêchent de vacciner en files indiennes”. Et j’en suis vite arrivé à la conclusion que ces gens étaient des messieurs et mesdames… Tout-le-monde. Des gens ordinaires quoi ! J’aurais pu en rester là. Mais je souhaitais en savoir davantage sur leurs motivations. J’ai donc essayé de creuser la question (1) et j’ai pu constater que les choses se compliquaient au fur et à mesure que j’avançais. Je vous propose néanmoins le résultat de mes cogitations dans ce billet.

Depuis les Gilets jaunes et le projet de refondation des retraites, derniers mouvements importants de contestations, il faut le souligner, les Français ont eu peu d’occasions de se manifester et de manifester. Je pense donc, sans trop me tromper, que parmi les messieurs et mesdames Tout-le-monde se cachent des contestataires de tout poil qui n’en veulent pas uniquement au Covid-19, aux vaccins et aux passes sanitaires. J’ai donc essayé de classer l’ensemble de ces personnes et reconnais ce classement discutable. J’espère néanmoins que vous y trouverez des points sur lesquels nous nous rejoignons.

Les vrais antivax et anti passes sanitaires :

Ils étaient donc 200.000 le week-end dernier selon le Ministère de l’intérieur. Ce chiffre peut paraitre faible si on le compare à celui de l’ensemble des Antivax français. D’après deux sources différentes, ces derniers représenteraient entre 10% de la population et le 1/5ème ! Évidemment, ces spécialistes bien documentés oublient de préciser le panel servant de référence à leurs estimations et notamment l’âge des sondés. En se basant sur 66 millions de Français (fourchette large), on peut estimer leur nombre entre 6 et 13 millions. Restait à les catégoriser. J’ai répertorié 6 catégories sans déterminer un ordre d’importance.

  • La première d’entre elles est constituée de personnes qui ont peur du vaccin. Cette peur, tout à fait légitime, prend racine dans des expériences malheureuses familiales (c’est mon cas) ou extra familiales. Pour ces gens, les Provax auront beau s’égosiller en affirmant qu’il faut aller chercher et convaincre les récalcitrants que ça ne marchera pas ! Quand on n’aime pas les épinards, il est inutile de chercher à persuader en affirmant que c’est nourrissant et bon pour la santé. 🙂 Parmi “les inquiets” on trouve aussi des personnes qui, à juste raison, estiment que les vaccins anti-Covid ont été fabriqués à la va-vite et surtout que, contrairement aux autres vaccins qui demandent parfois une dizaine d’années de tests avant d’être homologués, l’on ne dispose pas de suffisamment de recul pour juger de leurs effets secondaires à moyen et long terme. A fortiori, si ces produits sont le fruit d’une recherche récente et précipitée. Et, ce n’est pas parce que madame Irène Frachon, la très respectée pneumologue, affirme sur une radio que les preuves sont faites par le nombre de personnes vaccinées dans le monde (3 milliards !), qu’elle peut infléchir des points de vue contraires. Pour les inquiets, il n’y a qu’un moyen de convaincre : c’est l’obligation vaccinale par la loi ! qu’ils redoutent malgré tout. Manque de chance, cette loi est inenvisageable car d’autres lois, nationales, européennes et internationales protègent les individus et s’y opposeraient. Nos dirigeants le savent pertinemment et ceci explique cela. Sans compter l’importante Responsabilité des autorités qui pourrait ébranler le Pouvoir en cas d’échec à un tel niveau. Imaginez un instant tout le monde vacciné et le nécessaire maintien des mesures sanitaires “En même temps”. Il est donc préférable d’user de moyens indirects pour atteindre l’objectif fixé. C’est l’objet du passe sanitaire.
  • Autre catégorie pour le moins surprenante, celle des soignants. Il y a en France, pays de Pasteur, des médecins, infirmières et aide-soignants qui refusent la vaccination ! Étonnant non ? Alors pourquoi ? Ne sont-ils pas les mieux placés pour approcher les vaccins, leur contenu et leurs effets secondaires ? Faut-il faire fi de leurs inquiétudes ? Embarrassant !
  • Plus modérés et silencieux sont les gens de la troisième catégorie. Ce sont des religieux, des croyants, des mystiques qui considèrent que le corps humain est une création divine et qu’à ce titre il serait inconvenant, voire outrageant, de le souiller par des produits étrangers et chimiques ayant de surcroit le pouvoir de perturber la cellule humaine. Peut-on les blâmer et les mettre au ban de la société alors que la République reconnait aux religions le libre exercice des cultes et le respect de leurs convictions ? Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a souligné récemment “le rôle crucial des chefs religieux pour promouvoir la solidarité dans la bataille contre la pandémie“. Ces chefs seront-ils suivis par leurs fidèles ? Rien n’est moins sûr quand on sait que la foi repose avant tout sur des Écritures, des textes sacrés et une profonde conviction.
  • Autre catégorie, les défiants envers les laboratoires pharmaceutiques. Les anti pharma comme on les appelle, sont nombreux et leurs inquiétudes reposent sur des faits avérés. Les vaccins quoiqu’on dise sont aussi (avant tout ?) une source de profits. Et la santé peut parfois passer au second plan. Pour mémoire je ne ferais allusion qu’au Médiator. Mais les exemples ne manquent pas. Peut-on reprocher à ces défiants qui ont de la mémoire de ne pas se précipiter sur les vaccins ? Ce ne sont pas les paroles rassurantes de nos gouvernants, qui estiment ces vaccins sûrs à 93 ou 97%, qui constituent un gage de confiance. Et pourquoi donc ces mêmes labos ont-ils justement dégagé leurs responsabilités lorsque l’Agence européenne du médicament a validé leurs produits ? Les inquiétudes des anti pharma sont d’ailleurs confortées par les laboratoires eux-même. Le Monde du 8 juillet 2021 précise dans un article intitulé : Covid-19 : les essais de phase 3 des vaccins sont-ils terminés « depuis des mois », comme l’affirme Olivier Véran ?  “Les laboratoires avaient bien précisé qu’ils comptaient assurer un suivi sur le long terme de leurs participants.« L’étude permettra de continuer à recueillir des données d’efficacité et de sécurité auprès des participants pendant deux années supplémentaires », pouvait-on lire dans un communiqué de Pfizer, le 18 novembre. « Tous les participants à l’étude COVE seront surveillés pendant deux ans après leur deuxième dose pour évaluer la protection et l’innocuité à long terme », mentionnait de son côté Moderna, le 31 décembre. A l’heure actuelle, la fin des essais est fixée au 27 octobre 2022 pour Moderna, et au 2 mai 2023 pour Pfizer“. Pas très rassurant !
  • Parmi les Antivax on trouve aussi les parents inquiets de voir leur progéniture soumise obligatoirement à la vaccination (pour les 12-16 ans) ou libre de choisir eux-même s’ils souhaitent ou pas de se faire vacciner (à partir de 16 ans). Outre la perte d’autorité sur leurs enfants mineurs, ils ont toutes les inquiétudes des effets sur le long terme des vaccins et particulièrement sur leur future descendance. Quand des effets secondaires inattendus seront éventuellement observés, il y aura belle lurette que les décideurs d’aujourd’hui auront disparu dans la nature. Et si dommages il y a, parions qu’il se passera encore beaucoup de temps avant que les liens soient établis entre les maladies et les vaccins de 2021. S’engager pour les autres sur le long terme est une responsabilité que l’on ne peut donner à des décideurs de passage… sans garanties clairement formulées. Je vous propose à ce sujet le témoignage d’une psychologue interviewée sur RMC qui se penche sur les conséquences de la liberté de choix des adolescents en matière de vaccination.

 

  • Pour terminer ce rapide tour d’horizon, voici le groupe des anti passes sanitaires. Quoi qu’on dise, l’obligation du passe sanitaire est liberticide. Les vaccinés pourront vivre  normalement, les autres subiront des contraintes, pire, ils seront livrés à la vindicte populaire si le nombre de personnes hospitalisées pour cause de Covid augmente. C’est pour cette raison que beaucoup d’entre eux descendent dans la rue. Ils constituent probablement le groupe le plus important parmi les antivax.

Pour ne pas surcharger ce billet, je vous propose de le poursuivre dans une suite où j’aborderai cette fois les sympathisants des antivax qui se joignent à eux dans les manifestations mais dont les vaccins et les passes sanitaires ne sont pas vraiment les motivations premières.

Affaire à suivre…

Photos/Sources : https://vaccinclic.com/index.php/111-peur-du-vaccin/133-la-peur-des-composants-vaccinaux-en-bref – https://www.letemps.ch/sciences/suisse-soignants-antivaccins-montent-creneau – https://www.la-croix.com/France/vaccins-dabord-objectif-denrichir-Big-Pharma-vrai-faux-2021-07-24-1201167695 – https://news.un.org/fr/story/2020/05/1068632 – https://www.covireivac.fr/actualites/essai-clinique/pourquoi-realiser-des-essais-vaccinaux-chez-lenfant-et-ladolescent/  – https://fr.depositphotos.com/stock-photos/antivax.html

SANTE

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article