Le réchauffement climatique seul coupable ?

image

Photo : http://jpninfo.com/11202

Cela ne vous parait-il pas étrange tous ces ouragans de force 5 (3 en 15 jours) et ces tremblements de terre au Mexique (le dernier dans l’état de Puebla 32 ans jour pour jour après celui de 1985 qui a fait des milliers de victimes) ainsi que toutes ces inondations en Inde, au Népal au Bangladesh, ces éboulements de terrains en Amérique du Sud ? Selon le journal Le Monde ces catastrophes auraient fait un bond d’un tiers en 20 ans !

La plupart des gens pensent que ces phénomènes, dits exceptionnels, sont la conséquences du réchauffement climatique dont on a jamais autant parlé ces derniers mois depuis notamment la conférence de Paris sur le climat.

Certes il n’est pas impossible que l’activité humaine soit LA causes de ces catastrophes; après tout, que sait-on, nous simples mortels, plongés chaque jour dans des préoccupations bassement matérielles qui nous empêchent d’aller au fonds des choses ?

En creusant le sujet du climat je me suis aperçu qu’effectivement il y avait de fortes probabilités pour que l’homme soit la cause réelle de ces catastrophes mais pas indirectement comme on le répète en boucles.

Savez-vous que le 10 décembre 1976 lors de la 96ème séance plénière de l’ONU, il a été signé une convention (1) portant sur :

‘’L’INTERDICTION D’UTILISER DES TECHNIQUES DE MODIFICATION DE L ENVIRONNEMENT A DES FINS MILITAIRES OU TOUTES AUTRES FINS HOSTILES.”

Tiens donc ! Il y a plus de 40 ans certains états disposaient déjà de moyens, ou projetaient d’en utiliser pour influer sur l’environnement sans qu’il soit question à l’époque de réchauffement climatique, aujourd’hui accusé de tous les maux. Le libellé de cette convention ne vous a-t-il pas interpellé, voir intrigué ? Moi ce n’est pas le mot militaire qui m’effraie (la puissance destructrice des armées est malheureusement connue) mais plutôt l’expression : “A toutes autres fins hostiles” Que se cache-t-il derrière cette expression inquiétante (pressions, intimidations, chantages, représailles…) ?

Sans entrer dans le détail de cette convention qui se résume précisément à 10 articles, que je vous invite à consulter, on trouve tout à coup matière à aborder le sujet sous un angle différent. Compte tenu actuellement du contexte particulièrement tendu entre les nations, n’y aurait-il pas un ou plusieurs états qui se livreraient à des opérations occultes et s’adonneraient à des pratiques n’ayant rien de conventionnel ?

Si vous avez consulté mes précédents billets, rappelez-vous celui que j’ai consacré à HAARP. N’y aurait-il pas un lien avec cette machine infernale et les catastrophes observées ces dernières semaines ? Les russes disposent aussi d’un système équivalent et peut-être aussi d’autres états…

Je livre cette observation à votre réflexion sachant par ailleurs qu’il existe un marché boursier des obligations catastrophes ! Si si, ce n’est pas un canular. Et oui, les réparations coûtent cher aux assureurs et pourquoi ne pas en tirer profit ? Raison de plus pour jeter un regard différent sur tous les maux qui s’abattent sur notre pauvre planète.

Pour conclure cette citation de Pierre Rabhi : “Il ne faut jamais oublier qu’une minorité aventurière et un peu folle entraîne l’ensemble de l’humanité dans le désastre.

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

(1) Le document difficile à trouver n’est pas d’excellente qualité. Je vous invite éventuellement à zoomer pour le consulter dans de meilleures conditions.

2 commentaires

  1. Si la hauteur de l’obélisque de la place de la concorde représentait l’âge de notre planète, la période des mammifères correspondrait à l’épaisseur d’une pièce de monnaie et l’humanité une feuille de papier. Quant aux connaissances fondamentales sur la thermodynamique de notre planète nous ne savons pas grand-chose. A titre d’exemple les feux de saint-Elme pour les orages d’altitudes ou la matière noire, cette grande inconnue. Récemment, les médias spécialisés nous rappelaient que notre connaissance sur ces cyclones se limitait à 40 ans seulement. De mémoire, il y a 8000 ans, la mer se trouvait à 38 mètres environ du niveau actuel (niveau de l’entrée de la grotte paléolithique de Cosquer à Cassis) et il y a 6000 ans le Sahara était un marécage.
    Bref, il est probable que nous abimons notre planète sans grandes certitudes sur les causes et leurs importances et c’est cela le pire, il faudrait de couteuses et importantes recherches fondamentales pour améliorer nos connaissances scientifiques sur le sujet, les états n’ont plus de sous, les fonds spéculatifs ne sont pas intéressés et certains lobbies souhaitent rester dans l’ignorance. La question est plutôt de combien de temps disposons nous avant de disparaitre, d’ici là cessons de nous empoisonner avec les Glytruc, l’atramachin le dioxyde de titane dans les dentifrices et tous ces plastocs présents dans la nature, aidons les victimes et laissons nous aller en écoutant le rondo des indes galantes du grand Rameau.

  2. Si la hauteur de l’obélisque de la place de la concorde représentait l’âge de notre planète, la période des mammifères seraient l’épaisseur d’une pièce de monnaie et l’humanité une feuille de papier. Quant aux connaissances fondamentales sur la thermodynamique de notre planète nous ne savons pas grand-chose. A titre d’exemple les feux de saint Elme sur les orages d’altitudes ou la matière noire, cette grande inconnue. Récemment, les médias spécialisés nous rappelaient que notre connaissance sur ces cyclones n’étaient que de 40 ans seulement. De mémoire, il y a 8000 ans, la mer se trouvait à 38 mètres environ du niveau actuel (niveau de l’entrée de la grotte paléolithique de Cosquer à Cassis) et il y a 6000 ans le Sahara était un marécage.
    Bref, il est probable que nous abimons notre planète sans grandes certitudes sur les causes et leurs importances et c’est cela le pire, il faudrait de couteuses et importantes recherches fondamentales pour améliorer nos connaissances scientifiques sur le sujet, les états n’ont plus de sous et les fonds spéculatifs ne sont pas intéressés. La question est plutôt de combien de temps disposons nous avant de disparaître, d’ici là cessons de nous empoisonner avec les Glytruc, l’atramachin le dioxyde de titane dans les dentifrices et tous ces plastocs présents dans la nature et laissons nous aller en écoutant le rondo des indes galantes du grand Rameau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *