Nostalgie – Les objets du passé – Les problèmes du présent

Une fois n’est pas coutume, pour sortir d’un quotidien estival apathique et ennuyeux, je propose (plutôt aux anciens) un retour vers le passé grâce à des images adressées par une amie. Je ne m’aventurerai pas dans des dates, mais je peux affirmer que les photos que je vous propose sont de l’autre siècle. Que de changements (progrès ?) réalisés en quelques décennies ! Mais toutes ces avancées qui animent notre quotidien : matériels informatiques dernier cri, Internet, téléphonie, géolocalisation, voitures et appareils dits “intelligents” ont-ils contribué à nous rendre plus heureux ?

Rien n’est moins sûr lorsque l’on constate la fébrilité de nos concitoyens empêtrés dans les chambardements sociétaux imprévisibles qui se sont produits dans le même temps : délocalisation des emplois, augmentation du chômage, dislocation progressive des acquis sociaux, désindustrialisation du pays, impéritie des dirigeants à développer une véritable politique économique, fracturation du pays entre élites et peuple, remise en question de la laïcité, abaissement du niveau scolaire, réduction des libertés, développement du multiculturalisme, remise en question de la bioéthique…

En énumérant ce triste inventaire que j’ai volontairement abrégé, je ne regrette en rien de n’avoir pas disposé dans ma jeunesse de toutes ces inventions qui captivent aujourd’hui enfants et petits-enfants. Ipad, i-phone et jeux vidéo m’auraient scotché de longues heures à un fauteuil et je n’aurais pu m’adonner aux balades à vélo, aux matches de foot inter quartier, aux activités du “Patro” (nnage)”. Je n’aurai peut-être pas connu les “colo” (nies), trop chères actuellement, et les joies procurées par mon petit cinéma de quartier.

Pour conclure ce billet empreint de nostalgique, je repense à cette phrase terrible prononcée par une grand-mère sur une radio nationale courant septembre dernier : “Je hais la France que je vais laisser à mes petits-enfants“, que Je vous laisse méditer.

Le bonheur qui peut se passer des progrès technologiques serait-il comme l’horizon qui recule au fur et à mesure que l’on avance ?

Bonne “déconnexion” et merci à Internet qui permet de ne pas oublier le passé   (cliquez sur les photos pour les agrandir et lire les commentaires).

Photo : http://jeanluc.fournier.pagesperso-orange.fr/sixties/TRX_debut/sixties_trx_debut_france.htm

Un commentaire

  1. Merci de réactiver pour nous ces symboles constitutifs de notre personnalité.

    Que cet égard porté à la nature humaine, si précieuse à préserver, nous apporte un peu de bienveillance à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *