Immigration : un sénateur s’exprime

Le sénateur RN (ex FN) Stéphane Ravier dresse un bilan très négatif à la tribune du Sénat sur l’immigration dans notre pays. Il défend un point de vue partagé par de nombreux français. Mais ce n’est peut-être pas le vôtre. La rubrique “Commentaires” en bas du billet est ouverte à la discussion. Il serait surprenant, les français étant divisés sur tout, que ce billet n’ouvre pas un débat passionné entre les uns et les autres.

 

Les politiques pouvant être taxés de partialité, je complète ce billet par le rapport d’un général de Gendarmerie appelé à témoigner devant la représentation nationale (étonnamment, il évoque lui aussi la situation à Marseille). La vidéo ci-dessous n’est pas datée mais doit être antérieure au 20 juin 2017 car le ci-devant Jean-Pierre Blazy, participant à la Commission, socialiste et écologiste affirmé, a disparu des écrans de l’Assemblée à cette date. Quoi qu’il en soit, compte tenu de ce que les médias nous rapportent au quotidien, il serait surprenant que les comportements délictuels de certaines populations étrangères aient été inversés en quelques mois.

Les propos du général sont consternants et confirment le laxisme, voire l’incitation à la récidive de nos gouvernants dont on discerne mal les objectifs vue la clémence affichée dont ils font preuve à l’égard de ces populations.

Photo : https://referendum-immigration.fr/ – Vidéos : Public Sénat et Assemblée nationale

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

5 commentaires

  1. Beaucoup de français n’ont rien contre les étrangers, sauf si ceux-ci commettent des exactions.
    Or, comment se fait-il qu’on n’entend pas parler des asiatiques, mais par contre des africains, oui.
    Qu’ils se tiennent comme les premiers cités.

  2. Loin de moi l’idée même de propager un discours de haine, des fausses nouvelles ou un complot cependant comme le disait Roosevelt “En politique rien n’est laissé au hasard” et les périodes sombres de nos histoires furent des périodes de forte immigration. Cependant, l’immigration que l’on constate à pour particularité d’introduire disons une nouvelle culture, observons l’histoire : En 67, Israël gagne la guerre dite des “6 jours” et les pays Arabe comprennent qu’ils peuvent gagner sur un autre terrain celui du pétrole, une forte démographie et des situations de chaos (Moyen Orient, Libye, concentration des richesses, Etc.) font le reste… Vous ferez votre propre opinion en suivant les discussions suivantes y compris certains commentaires, qu’en disent nos politiques – La connaissance du passé permet de comprendre le présent et d’envisager le futur.

    http://pauletmike.canalblog.com/archives/2017/08/18/35593372.html

    1. Encore un article intéressant sur l’art de déstabiliser des pays sous couvert d’ONG qui travaillent la main sur le cœur (à votre avis qui finance)… Mais là des noms sortent, bien de chez nous, très franchouillard, mais c’est certainement une fausse nouvelle. Ah quand même, je lis que Transparency classe la France à la 21ième place pour 2018 et RSF à la 32ième en 2019 pour la liberté de la presse, pas terrible..
      “Quand l’état est faible les sorcières apparaissent” Michelet.

      https://www.bvoltaire.fr/ce-discours-de-bellamy-qui-en-dit-long-sur-macron-soros-malte-la-pologne-et-la-hongrie/

  3. Ces réactions hostiles aux étrangers sont, hélas, “classiques” et/ou habituelles en période de crise. Il faut bien trouver des boucs-émissaires. Par exemple : les Italiens qui fuyaient le fascisme dans les années 20-30, puis les Espagnols à la fin des années 30, ensuite vinrent les Juifs d’Europe centrale pour les mêmes raisons. Après la seconde guerre mondiale ce furent les Maghrébins (Tunisiens, Algériens, Marocains) souvent appelés par les patrons “pour reconstruire la France”, mais surtout pour éviter de payer aux ouvriers Français des salaires trop “élevés” ou décents. Et ainsi de suite). Si les relations étaient plutôt cordiales pendant les 30 glorieuses, elles se tendirent quelque peu quand la crise économique survint dans les années 70-80. C’est toujours la même histoire et l’étranger est trop souvent tenu pour responsable des difficultés. C’est celui qui “vient manger le pain des Français” …, sinon piquer leur boulot. Et toujours il y a eu les réfugiés politiques, les gens chassés de chez eux par la guerre, la famine et les catastrophes qui auraient plutôt tendance à augmenter le temps passant. En fait, les “braves gens de chez nous” ne s’en prennent jamais aux véritables responsables (les politiques, les financiers, les patrons) qui par leurs politiques et/ou leur soutien à ces politiques provoquent les catastrophes économiques, climatiques et les conflits subies autant par les populations des pays où elles surviennent que par celles des pays d’accueil et se laissent trop souvent abuser par les discours xénophobes de partis d’extrême-droite, le plus souvent (FN et maintenant RN), qui ne proposent d’autre solution pour résoudre la crise que de renvoyer les étrangers d’où ils viennent. Surtout les “étrangers de couleur”, bien qu’ils soient Français parfois (de La Réunion, de Martinique, de Guadeloupe ou encore de Guyane ou d’ailleurs).
    Évidemment, ils ne connaissent le plus souvent rien de l’Histoire de France qui s’est constituée de couches successives d’étrangers qui ont fini par très bien cohabiter ensemble. Soyons donc optimistes pour l’avenir et Bonnes Fêtes de fin d’Année à tous, étrangers compris !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *