COVID-19 : Reprise des classes à Pont-Scorff le 12

A Pont-Scorff la reprise des trois écoles se fera progressivement le mardi 12 mai 2020 et non le 11 comme on aurait pu le penser, si du moins on considère que la reprise du travail pour les parents le 11 est conditionnée par la réouverture des classes. 

La mairie, si l’on se réfère uniquement au quotidien Ouest-France, a peu communiqué sur cette rentrée qui doit inquiéter plus d’un parent. Quelques indications sont apportées dans l’article ci-dessous (Ouest-France des 9 et 10 mai) qui ne précise pas les conditions dans lesquelles se dérouleront les repas. On ne sait pas non plus si les directives précises et détaillées du protocole sanitaire (63 pages !) pourront être scrupuleusement observées.

Ces derniers jours, les maires ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’engagement de leur responsabilité en cas de déclaration de “COVID plus” lors du dé-confinement dans leur commune. La bonne situation sanitaire de la nôtre devrait rassurer notre édile, Pierrik Névannen.

Photo : de mon ami Bernard – Articles : Ouest-France – Canard enchaîné du 6 mai 2020.

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

6 commentaires

  1. Article du Telegramme de ce jour (12/05/2020) :
    “La rentrée pour les élèves des écoles publiques se fera bien ce mardi 12 mai, à Pont-Scorff. L’équipe éducative de l’élémentaire public aurait préféré la décaler au jeudi, 14 mai, mais le maire, Pierrik Névannen, a décidé de maintenir la date officielle du déconfinement, toutes les conditions pour la reprise étant réunies grâce au travail en amont des agents de la collectivité.”
    La suite ici :
    https://www.letelegramme.fr/morbihan/pont-scorff/pierre-thomas-et-marc-chagall-accueillent-des-ecoliers-ce-mardi-11-05-2020-12550797.php

  2. Je viens de me farcir les quelque 65 pages du protocole sanitaire, le summum d’un système bureaucratique. Là ou un sommaire, un préambule autour de disons 3 idées et 6 pages de modalités, on en pond 65 bon courage chers Élus pas étonnant qu’ils s’inquiètent des conséquences judiciaires en particulier s’ils ont omis le rôle essentiel de la virgule du cinquième paragraphe. Bref, avec de telles procédures pas étonnant que nous sommes toujours en manque de masques et de tests sacrés..

    1. Vache, ce matin devant mon café j’écoutais un préfet qui vendait sa soupe sur ma radio préférée sur la question de l’accès au littoral breton, du grand art, le mot juridique est sorti au moins 6 fois en 5 minutes et les questions n’apportaient que d’autres questions dans l’attente de The Protocole sacré. J’avais l’impression que l’important était plus d’empêcher la vague d’actions juridiques en cours ( 63 plaintes déposées contre les membres du gouvernement à la CJR*) que de sortir au mieux d’un pesant confinement … Bref, chers Élus locaux bien du courage..
      * Cour de Justice de la République.

  3. Bonjour “Mr Skorf”que savez vous précisément en termes de communication de la mairie vis à vis des parents et au regard de la reprise de l’école ? Ne pensez vous pas que, le nombre d’enfant étant limité dans chacune des écoles comme précisé, il y a eu un contact avec les parents afin de savoir qui mettait ou non son enfant à l’école ?
    En ce qui concerne les masques, les commentaires des bénéficiaires laissent à penser qu’ils ont été satisfaits par cette initiative locale et non généralisée aux autres communes, tout en sachant que la distribution n’est pas terminée…Vous remarquerez au passage que je ne m’abrite pas derrière un pseudo pour émettre mon avis sur ces deux sujets …

  4. Je crois que je ne comprendrais jamais les responsables politiques de quelque bord soient-ils. Je ne suis pas un spécialiste en droit administratif et juste un peu en droit pénal, mais pour autant quand on consulte les textes de droit, on se rencontre qu’il y a des réponses qui peuvent sécuriser les maires et les familles.
    L’Etat donne un ordre : les écoles doivent être réouvertes le lundi 11 mai. A cet ordre, il est demandé aux maires de prévoir les mesures sanitaires nécessaires.
    Deux conclusions :
    – Le maire est le représentant de l’Etat dans sa commune, autrement dit, il obéit à un ordre.
    – A partir du moment où il a mis en place les mesures sanitaires demandées pour l’accueil des enfants, il n’a qu’une obligation de moyens et pas de résultat.
    Les parents qui crieraient au scandale parce que leur enfant a contracté le virus, qu’il l’a passé à d’autres membres de la famille et qui voudraient déposer plainte contre le maire, verraient automatiquement leur plainte déboutée. Ils doivent mettre en cause l’Etat et pas le maire. Il leur appartient d’apporter la preuve qu’il y a eu une faute de la part des enseignants ou autres personnels intervenants auprès des enfants. En dehors d’une faute volontaire que l’on exclut, dans le cas d’une faute non intentionnelle, l’Etat se substitue à l’enseignant.
    Il faudrait également qu’ils apportent la preuve que cela s’est passé à l’école et non que c’est la famille qui l’a passé à l’enfant.
    Dans beaucoup d’écoles, les enfants des aides-soignants ont été accueillis depuis le confinement et il n’y a jamais eu de problème.
    Des masques, il nous faut des masques. En général, le français crie sur l’état parce qu’il veut tout diriger et pour des masques, qu’il n’est pas capable de faire lui-même, ce même français oublie sa liberté de choix pour se lamenter. Comprenne qui peut ?
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer !

  5. Manifestement, cette municipalité n’est pas très portée sur la communication et moins encore sur la transparence. Mais quand on constate les résultats en la matière pour Macron, malgré son talent, ce n’est pas vraiment un succès. A force, les citoyens préfèrent les actes, du concret. Pour le moment, l’opération des masques, à Pont-Scorff, on peut difficilement parler de succès. Pour la rentrée scolaire, wait and see. Aux parents concernés de se manifester.

Les commentaires sont fermés