Le nouveau gouvernement Macron 2020 fait son show

Chaque remaniement ministériel d’importance donne lieu à un grand show médiatique. Et celui du 7 juillet 2020 n’a pas échappé à la tradition.

Avant la lecture solennelle des promus sur le perron de l’Élysée par le Secrétaire général de la présidence, les médias entrent dans une phase d’excitation intense pendant laquelle, comme des turfistes, ils exposent et vantent les qualités des “possibles” à l’arrivée. C’est au cours de cette phase initiale que l’on ressort les vieux chevaux sur le retour (Valls, Royal, Bayrou… pour façonner le monde d’après. 🙂

Puis arrive le moment des résultats et de la présentation détaillée des nouveaux élus dont certains peuvent apparaître comme de parfaits inconnus pour les habitants de la France profonde. Les commentaires politiques et éditorialistes fusent alors sur tous les plateaux de Télé. Chaque CV de nominé est passé au crible. Selon les opinions politiques des uns et les tendances journalistiques des autres, on peut passer de qualificatifs très élogieux aux critiques les plus acerbes.

D’une manière générale, les nouveaux arrivants sont parés de toutes les vertus, c’est le cas de M. Castex, le nouveau Premier ministre, qui montre un enthousiasme et une détermination de bon aloi mais qui, vu la situation du pays (crise du Covid-19, dette, licenciements, chômage…), risque de se transformer rapidement en désenchantement chronique. Un tel enthousiasme ne peut que redonner l’espoir aux Français crédules. Parmi les nominés, les médias fixent particulièrement leur attention sur les ‘inattendus”. Ce sont les personnes issues de la société civile qui agrémentent le panel et qui provoquent une kyrielle d’interrogations. Ont-ils les compétences indispensables et reconnues des énarques pour mener à bien leur mission de service publique ? 🙂 En l’occurrence, pour ce nouveau gouvernement ils sont deux : les dénommés Eric Dupond-Moretti (avocat pénaliste bien connu) et Roselyne Bachelot (pharmacienne de son état et ancienne ministre de Sarkozy). Tous deux pourtant avait juré, main sur le cœur, qu’ils ne monteraient ou ne remonteraient plus dans ce genre de galère (Voir les 2 vidéos plus bas).

Arrive enfin la troisième phase du show celle dite “des lots de consolation” où le Président désigne les sous-ministres ou Secrétaires d’État. C’est la phase la plus longue car il ne faut oublier personne parmi les fidèles de la première heure et ceux qui n’ont pas démérité du macronisme. Malgré toute l’attention portée à ces choix, il y aura quand même des déçus. Macron ne peut évidemment contenter tous ses supporters; mais que les “oubliés” se consolent. Il y a des postes prestigieux de fonctionnaires à renouveler, ou à créer, et là ils pourront s’épanouir et trouver plaisir à pantoufler paisiblement en rêvant à leur mentor. Attention cependant à la rancune tenace des grands déçus !

Ainsi fonctionne notre démocratie où les Responsables, apparemment sourds aux critiques et quolibets, ont pris le parti, de faire comme si de rien n’était. Faut-il s’en plaindre ? Je ne le pense pas car il nous reste encore la possibilité de dire (et écrire) ce que l’on pense et surtout la liberté de la presse. J’ai précisé “encore” car, concernant la presse, quelques nuages noirs se profilent à l’horizon. Les dernières lois sur la protection des sources journalistiques sont pleines de trous et, moins que de condamner les journalistes, elles visent surtout à effrayer les informateurs. J’aurai l’occasion d’y revenir.

Dans l’immédiat, voici deux brefs mais grands moments de poilade. Vous apprendrez que Roselyne Bachelot est gravement intoxiquée et que l’arrivée de Dupond-Moretti va générer “un grand bordel” à la chancellerie. Deux témoignages qui nous rappellent, si besoin était, que nos politiques, à l’égo surdimensionné, sont de fieffés bonimenteurs. Les français, parait-il, n’ont plus confiance en eux. Cela vous étonne ?

 

Je vous ajoute séparément le son au cas où (le lien de LCI n’est déjà plus accessible).

Photo : Le Canard enchaîné du 8 juillet 2020. Caricature de Kiro. – Vidéos LeHuffPost et Twitter (LCI).

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

2 commentaires

  1. Dans le domaine de la culture pour ne citer que celui là, où sont les André Malraux, les Violet le Duc et même les Jack Lang d’antan… Pas de grandes choses sans une belle politique soutenue par de grands adjoints – le Roy est nu..

  2. Quelle comédie ! Quel cinéma ! Et pourquoi ? Pour conduire finalement la même politique qu’avant, malgré la raclée prise par LREM aux municipales. Ce n’est certainement pas la nouvelle ministre très écolo-vert pâle qui va changer quoique ce soit. Quant au nouveau Premier ministre, contrairement à Edouard Philippe, ce n’est vraiment plus que le “super-collaborateur” du Président qui détient maintenant tous les pouvoirs afin de préparer sa ré-élection. Bref, ce remaniement présente un caractère particulièrement insignifiant par rapport à l’exceptionnelle gravité de la situation du pays.

Les commentaires sont fermés