COVID-19 : un rapport officiel trop vite enterré

Il s’agit de l’occupation de nos hôpitaux pendant la crise du Covid en 2020. Seuls deux médias télévisés ont traité le sujet. La chaine préférée des anti fascistes, j’ai nommé Cnews 🙂 et, plus surprenant, la chaîne parlementaire LCP dont on ne peut plus douter de l’objectivité. Les journaux nationaux ont aussi rapporté l’information, mais plutôt timidement et parfois sous l’angle de la Fake news comme Libération qui aime à susciter le doute quand une information ne va pas dans le sens souhaité. Le journal titrait le 11 novembre 2021 : « Checknews : est-il vrai que les patients Covid n’ont représenté que 2% du total des hospitalisations en France en 2020 ? ». Manifestement ce rapport semble avoir dérangé une certaine bienpensance journalistique.

Alors, que dit ce rapport qui a été élaboré par l’ATIH (l’Agence Technique de l’Information sur l’Hospitalisation)  établissement public de l’État chargé de « coder, recueillir, restituer et diffuser l’information hospitalière ». A la surprise générale l’agence affirme que durant l’année 2020 « les patients COVID représentaient 5 % de l’ensemble des patients pris en charge dans les services de réanimation ». Elle ajoute un peu plus loin : « Les patients Covid représentaient 2 % de l’ensemble des patients hospitalisés pendant cette année 2020. Tous champs hospitaliers confondus ».

Bigre ! Pour celles et ceux qui ont vu comme moi à la télévision les transferts de malades par trains et avions ainsi que la mobilisation de huit hôpitaux militaires, les chiffres annoncés ont de quoi bousculer les plus incrédules ! Alors qu’en est-il vraiment ? La mobilisation observée de ces moyens complémentaires et spectaculaires a certainement correspondu à des pics de la pandémie saturant certains de nos hôpitaux et particulièrement les parisiens. La pandémie a aussi connu pendant l’année des périodes de confinement, de pointes et d’accalmies. Autre explication, les taux d’incidence (1) et le RO (R zéro) ont varié également, relativisant les valeurs observées et rapportées sur un an. Si on étudie d’un peu plus près ce rapport on découvre un bilan surprenant que je vous présente ci-après (cliquez sur l’image pour l’agrandir). 

Avec 218.000 patients pris en charge en 2020 pour le Covid cela ramènerait la moyenne journalière de patients hospitalisés à moins de 600 ce qui est peu eu égard la panique insufflée par nos gouvernants et médias. Tout laisse à penser comme l’affirme la revue Nexus que « les patients Covid n’ont pas pesé autant en 2020 sur les services hospitaliers que le gouvernement et les médias mainstream ont bien voulu nous faire croire ».

Même le très médiatique médecin de santé publique et épidémiologiste Martin Blachier (l’homme qui parle à l’oreille du Président comme Cyril Hanouna) avoue sa surprise sur LCP, voire sa stupéfaction. En retournant le problème dans tous les sens (coût, durée des hospitalisations…) il en convient, le rapport dit vrai. Il reconnait même que le Covid serait moins dangereux que la grippe pour les personnes présentant des comorbidités. Il l’affirme, ce ne sont pas les malades du Covid qui ont rempli les hôpitaux en 2020 ! Ecoutons-le.

Alors que faut-il en déduire ? La relative discrétion des médias sur le rapport très rassurant de L’ATIH, le taux d’incidence du virus qui n’a jamais atteint des valeurs vertigineuses – même pendant les pics de la pandémie (2) –  et le Préfet de Guadeloupe pris en flagrant délit d’incitation à la peur auprès de la directrice de L’ARS locale avant une interview, plaident pour une exagération de la gestion de crise. Dans quel but ? Selon Eric Verhaeghe, dans son opuscule Le Great Reset : mythes et réalités (3), « La pandémie est une opportunité pour changer les habitudes de vie. Ils [Schwab et Malleret auteurs du livre sur le Great Reset qui a inspiré M. Verhaeghe ] n’hésitent pas à recommander aux leaders politiques à faire durer autant que possible l’urgence sanitaire pour que les comportements soient modifiés en profondeur et pour que les réformes réglementaires dont la numérisation à besoin aient le temps d’intervenir. Instrumentaliser la pandémie à des fins politiques constitue même le fait générateur du Great Reset en tant que livre et en tant que projet décliné par le World Economic Forum » [Forum de Davos].

Serions-nous à la fois victimes et jouets d’une affreuse machination ourdie par les mondialistes, comme l’affirment les complotistes ? Il ne semble pas saugrenu de l’envisager.

(1) Le taux d’incidence est le nombre de nouveaux malades sur une période donnée – Le R0 est le nombre moyen de nouveaux cas d’une maladie qu’une seule personne infectée et contagieuse va générer en moyenne dans une population sans aucune immunité.

(2) Aujourd’hui le taux maximal d’incidence qui peut déclencher un confinement est fixé à 400 pour une semaine – soit 400 pour 100.000 ou encore 4  personnes pour 1.000 ! On va avoir du mal à échapper à une autre quarantaine avec un chiffre aussi bas !

(3) https://www.librairieparoles.com/livre/9782491861193-le-great-reset-mythes-et-realites-eric-verhaeghe/

Photos :Twitter –  Ministère des armées – Internet  Vidéo : Chaîne LCP

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

Un commentaire

  1. Et ailleurs dans le monde, même Poutine envisage désormais un Passe-sanitaire alors qu’il pensait comme beaucoup que cette épidémie allait durée 6 mois. Il va falloir vivre avec ce virus et surtout vacciner les P’tits vieux (comme moi), les faiblards et appliquer au quotidien des gestes barrières pour éviter de saturer l’Hosto dont les moyens sont à peine suffisants en situation ordinaire.

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/dans-un-hopital-de-moscou-l-interminable-defile-des-morts-du-covid_158403

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *