Climat : réchauffement ? dérèglement ? mensonge ?

Voilà les « Réchauffistes » rassurés ! Alors que la France bénéficiait d’une période de clémence climatique dans le sud du pays, fin 2022, où l’on annonçait battre des records de douceur (plus de 25°), bonne nouvelle, les américains du Nord et les Canadiens patinaient sur la glace depuis plusieurs jours et faisaient face selon le quotidien Ouest-France à une «bombe Cyclonique». Et pourtant New-York et Paris sont presque à la même latitude mais, il est vrai, les Américains du nord (Canadiens compris) sont directement sous l’influence du pôle Nord qui leur apporte du froid… en hiver ! Les superlatifs n’ont pas manqué d’ailleurs pour décrire cet épisode climatique qui en réalité n’avait rien d’exceptionnel. Pour s’en convaincre il suffit de regarder dans le passé météorologique des USA. Voici quelques couvertures du journal américain Time illustrant les hivers des années 70.

Difficile d’affirmer, face à cette situation, comme le font à l’envi les journalistes tenant de la doxa climatique, que la planète fait l’objet d’un réchauffement climatique inquiétant depuis l’aube de l’industrialisation (1). L’hiver est certes clément chez nous mais pas partout dans l’hémisphère Nord comme dans d’autres contrées de ce même hémisphère. Il y des endroits où il pleut même beaucoup, n’est-ce pas les Bretons ? Face à cette situation que l’on peut qualifier de dérégulée je pense qu’il serait plus objectif de parler de dérèglement climatique.  Les journalistes ne s’embarrassent pas de cette nuance et leur préférence va au « réchauffement » davantage anxiogène et dans l’air du temps, si je peux me permettre ce jeu de mots. 🙂

Maintenant reste à savoir d’où vient cette dérégulation. Pour les tenants de la vérité journalistique et politique, le coupable est sans conteste le carbone dont l’empreinte devient une véritable obsession, mais en est-on vraiment sûrs qu’il soit le seul à incriminer ? Ce fameux CO² est pourtant un élément majeur du climat sur terre (2). La plupart des gens ignorent son rôle dans la photosynthèse de même que celui des océans, ces derniers étant de véritables pompes à carbone. Par ailleurs, si le carbone est reconnu comme jouant un rôle indéniable dans l’effet de serre, il n’est pas le seul et d’autres paramètres sont à prendre en compte (3).

A propos, justement, de l’effet de serre, brandi comme la menace suprême, on ne nous dit jamais qu’il est un mécanisme naturel indispensable à la vie sur Terre et qu’il est constitué de plus de 90% d’eau !  Sans ce mécanisme naturel la température serait de moins 15° à moins 18° sur notre planète ! (4)

Alors au final on peut se demander légitimement si ce « réchauffement » n’est pas tout simplement une affaire de gros sous d’autant que, comme je l’ai précisé à plusieurs reprises dans mes précédents billets sur le climat, l’homme dispose depuis longtemps, de moyens considérables pouvant contrôler le climat n’importe où sur la planète… et de surcroît en se jouant, voir en accentuant les caprices naturels de la Terre.

Des sommes considérables sont effectivement investies pour combattre le réchauffement climatique mais on ne sait pas très bien où va l’argent. Voici ce que dit un illustre inconnu répondant au nom de Christian Sakaki dans la revue Top Secret N° 93 d’octobre 2017 :

«Pour que la machine puisse continuer de tourner sans trop soulever de questions, il faut le soutien de la majorité de la population. Alors on un invente un faux problème avec des mythes à l’appui, véhiculés par les médias. Ajoutez à cela un ton alarmiste, stressant et une notion d’urgence, vous verrez alors la population réclamer elle-même des solutions au gouvernement. Tout cela n’est-il pas finalement une affaire de gros sous et de propagande ?

La première question à se poser devrait-être : où va l’argent et, à qui tout cela profite-t-il ? Nous retrouvons le même principe en politique, dans les guerres, et dans bien d’autres domaines [Covid]où circulent d’énormes sommes d’argent. Justement comme le disait Trump durant les élections américaines concernant le réchauffement climatique, personne ne sait vraiment où va l’argent.

[…] Certains scientifiques en quête de financement ont compris qu’ils pourraient recevoir un rapide soutien financier si leurs travaux allaient dans le sens du réchauffement climatique. Certains capitalistes verts comme Al Gore, ont très vite compris qu’ils pouvaient recevoir d’énormes subventions pour des projets non viables et non rentables. Les mouvements écologistes comme Greenpeace et WWF profitent également de subventions qui se comptent en centaines de millions pour leur dénonciation des effets néfastes du CO². D’autres mouvements politiques utilisent la cause réchauffiste et profitent de l’état de panique autour du CO² pour promouvoir leur campagne profitant de cette situation pour surfer sur la vague et jouir d’une belle image.

Ceux qui profitent le plus de cette manne sont ceux vers qui revient l’argent des sanctions et des amendes adressées aux pays qui n’ont pas pu respecter leurs engagements en termes de réductions d’émissions. Il faut inclure à cette manne, toutes les taxes sur le CO² et sur tous les objets manufacturés de par le monde susceptibles d’émettre du CO² ou de consommer de l’énergie. Ce trésor inépuisable se constitue évidemment aux dépens du contribuable et des pays les plus démunis qui sont alors freinés dans leur développement».

M. Sakaki, dans ce même article, précise que le business lié à la politique de lutte contre le réchauffement climatique visant à limiter les émissions de CO² représente 1 milliard de dollars… par jour ! 😯

Je vous fais grâce des échanges de «droit à polluer» des pays les plus vertueux vers les plus polluants, des zones à faibles émissions (ZFE), des arnaques à la taxe carbone, et j’en oublie.

Pour conclure, je vous invite à reconsidérer la question du dérèglement climatique au travers de trois hypothèses plausibles pouvant l’expliquer :

1) L’homme est le principal coupable de ce dérèglement et les sommes vertigineuses consacrées par les pays occidentaux pour y remédier sont tout à fait justifiées.

2) La planète Terre vit depuis des millions d’années. Pendant cette « éternité » elle a connu de longues périodes de glaciation et de réchauffement qui l’ont façonnée et modifiée. Elle est en permanence sujette à l’influence de forces physiques qui agissent sur sa rotation, son axe, son inclinaison par rapport au soleil (voir les paramètres de Milankovic). Son climat s’en trouve donc modifié et cette activité naturelle, contre laquelle l’homme pour l’instant est impuissant, peut à elle seule, expliquer le dérèglement observé.

3) Si l’homme ne peut agir sur les mouvements de la Terre, il peut en revanche intervenir sur les manifestations du climat et peut en quelque sorte « faire la pluie et le beau temps ». Ce qu’il fait depuis déjà plusieurs années sans que cela n’émeuve qui que ce soit. Cette technique s’appelle la géo-ingénierie et les américains en sont passés maîtres. On peut donc se demander si les dérèglements observés ne sont pas la résultante de manipulations orchestrées par des apprentis sorciers aux motivations obscures.

Et si au final les dérèglements n’étaient pas la résultante de ces trois possibilités agissant de concert, tantôt l’une prenant le dessus sur les deux autres ?

Je vous laisse vous faire votre propre opinion en vous rappelant que de nombreux scientifiques, et pas des moindres, ne croient pas au réchauffement climatiques. Je terminerais par cette citation de Schopenhauer que je vous invite à méditer :

«Toute vérité franchit 3 étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence».

Information de dernière minute : les «Réchauffistes» sont très remontés après notre Président qui a commis un crime de lèse majesté lors de ses traditionnels vœux aux Français en faisant part de son étonnement à propos de notre dernier été particulièrement chaud  (voir la capture Twitter ci-dessous). 😀

 

 

 

 

 

(1) On a commencé à parler de la dangerosité du CO² en Angleterre dans les années 70. Margaret Tatcher souhaitait promouvoir l’énergie nucléaire afin de réduire le pouvoir des syndicats de mineurs, le charbon étant à l’époque la principale source d’énergie pour la production de l’électricité. Le nucléaire ne produisant pas de CO² cela a été un excellent prétexte pour développer le secteur nucléaire de l’ énergie. De l’argent a été promis à tous ceux qui publiaient des rapports et documents en faveur du nucléaire tout en dénonçant le rôle néfaste du CO² sur l’environnement.

(2) Les gaz à effet de serre sont des gaz présents dans l’atmosphère qui retiennent une partie de la chaleur reçue par le soleil. Ces gaz peuvent être d’origine naturelle comme la vapeur d’eau ou d’origine humaine, [végétale ou animale] comme le dioxyde de carbone, le méthane, les gaz fluorés qui sont très utilisés dans les systèmes de réfrigération, ou encore le protoxyde d’azote. L’activité humaine, en particulier la consommation d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) qui représentent encore 83% de la consommation d’énergie primaire mondiale aujourd’hui, cause l’émission et l’accumulation de ces gaz en grande quantité dans l’atmosphère et provoque le dérèglement climatique. Voir : https://eduscol.education.fr/sti/si-ens-paris-saclay/ressources_pedagogiques/bilan-carbone-fonctionnement-et-enjeux.

(3) Le dioxyde de carbone, plus communément employé sous sa formule moléculaire CO2 (pour un atome de carbone et deux atomes d’oxygène), est un gaz sans couleur ni odeur. Il appartient au cycle du carbone sur la planète et s’avère à cet égard un élément crucial de ce cycle. Il est effectivement l’un des gaz les plus prépondérants dans l’atmosphère et participe activement à la respiration des êtres vivants et la photosynthèse des plantes. Ainsi, l’être vivant transforme l’oxygène en CO2, tandis que les plantes transforment le CO2 en oxygène. Cet équilibre permet de préserver les écosystèmes et de permettre tant aux plantes qu’aux espèces animales et végétales de vivre. Voir : https://www.geo.fr/environnement/co2-quest-ce-que-le-dioxyde-de-carbone-193560

(4)  https://climate.selectra.com/fr/comprendre/effet-de-serre

Sources : https://www.monde-du-gecko.com/empreinte-carbone/ – https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/tempete-de-neige-aux-etats-unis/etats-unis-tempete-de-neige-historique_4934827.html – Illustrations : Revue Top Secret N° 93 – Twitter

image_pdfimage_print
N'hésitez pas à partager cet article

2 commentaires

  1. Pour conclure, le monde et les choses changent et il faut donc s’y adapter. Toutefois, il est indéniable que l’homme, depuis quelques temps déjà, au travers du capitalisme libéral qui prône la rentabilité à tout prix, quelles que soient les conséquences pour l’homme lui-même et pour la nature, a singulièrement saloper la planète au point de la rendre de plus en plus invivable et en épuisant progressivement ses ressources, sa biodiversité, etc. En poursuivant de la sorte, cela ne peut que mal finir. Comme l’île de Pâques et comme d’autres civilisations avant la nôtre qui se sont éteintes. Ce qui n’empêchera pas, peut-être, la Terre de continuer à tourner, mais sans l’homme. Après tout, il semble bien qu’elle existait déjà bien avant son apparition et qu’il n’aura été qu’un instant de l’éternité. Peut-être même un accident qui finira en catastrophe ?
    Mais bonne année 2023 quand même …

  2. Il est difficile de parcourir une revue sans être agressé par un titre sur la fracture numérique, les énergies renouvelables ou le réchauffement climatique et moins la personne est qualifiée dans le domaine et plus elle argumente. Oui nous sommes dans une phase de réchauffement débuté il y a quelque 20000 ans en raison d’une cause encore indéterminée. Il y a 17000 ans des personnes vivaient des cotés de cassis avec un niveau de la mer 40 mètres plus bas, il est probable que le Groenland était vert au moyen age et il y a 6000 ans le Sahara était un marécage… Le niveau de la mer augmente d’environ deux à trois millimètres par an (ce n’est pas constant), effectivement un jour ça déborde….
    Si j’avais un conseil il serait de réduire drastiquement nos pollutions, de mener une vraie politique de l’eau et de s’intéresser à la démographie dans certaines régions (sujet peu politiquement correct et je m’en excuse).
    Je viens de débuter le livre de E.Koonin – Climat, la part d’incertitude. Ed L’Artilleur.
    … Bonne lecture…

    https://www.babelio.com/livres/Koonin-Climat-la-part-dincertitude/1459943

Les commentaires sont fermés