islamisation de la france

Photo : https://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2015/11/Islamisation.jpg

C’est la belle Najat Vallaud-Belkacem (1) qui avait vu juste, si comme à l’époque, les réseaux sociaux lui prêtaient à raison l’intention de vulgariser l’arabe à l’école. Cette langue (comme le chinois) aura forcément sa place tôt ou tard comme première ou seconde langue dans nos lycées et collèges.

En effet, au rythme où les barbes et les foulards (signes ostentatoires de l’Islam) se multiplient dans le pays et notamment dans les grandes villes ainsi que dans les villes moyennes comme Lorient, à l’horizon de quelques dizaines d’années, peut-être moins, la France ressemblera beaucoup à la Turquie. Charles Martel (2) doit commencer à s’agiter dans sa tombe !

Cette progression que je considère inquiétante, puise ses racines dans différents comportements sociaux tels : l’intensification de l’accueil des migrants – 1 million en Allemagne, combien chez nous ? – , une politique familiale active dans la population de descendants originaires du Maghreb et d’Afrique, une détermination sans failles des ONG et ligues pro-islamistes poussées par une volonté philanthropique aveugle, le prosélytisme forcené des responsables musulmans (3), la passivité d’un certain nombre de nos compatriotes qui semblent regarder ailleurs et enfin  l’encouragement imbécile de nos politiques, marionnettes de Bruxelles, prêts à tout pour conserver leurs mandats et prérogatives.

L’expansion observée de l’Islam n’est pas anecdotique, des projections sérieuses issues de nos propres organismes de statistiques et de recensement montrent que cette nouvelle religion (dans le pays) n’a rien d’une vue de l’esprit. J’en veux pour preuves les 2 chiffres suivants que je vous propose en fin de billet (évidemment, extraits d’un journal dit de Droite, Valeurs actuelles pour ne pas le nommer) qui risquent de faire hurler une bien-pensance déjà tout acquise à la cause migratoire.

Comme l’affirme un lecteur du même magazine dans la rubrique qui lui est consacrée, en comparant les prophètes Jésus et Mahomet :

”…Si l’on veut  vraiment savoir ce qu’est une religion, il suffit de la juger à la vie de son fondateur. Mahomet a imposé sa théocratie sabre à la main. Dès l’âge de 20 ans il prend les armes contre les tribus qurayshites. A quarante ans il dit recevoir les premières paroles d’Allah, mais continue de guerroyer et s’enrichir. A 54 ans il est vainqueur de la bataille de Badr et devient l’un des hommes les plus riches de Médine. Ce qui est à souligner, c’est que pendant les vingt-trois-années où il dit recevoir les révélations d’Allah il continue à faire couler le sang. On connait la suite. A chacun d’apprécier.  “

La plupart des français de la France dite profonde, contrairement à leurs dirigeants jacobins, ont bien conscience des dangers d’une telle dérive. Malheureusement leurs inquiétudes ne sont pas entendues. Leurs voix sont étouffées par celles des gouvernants français et de leurs homologues bruxellois. Il faudra pourtant que des explications soient données mais le mal sera fait et dans deux ou trois générations on aura oublié hélas ce qui aura présidé à un bouleversement de société lourd de conséquences pour l’avenir de notre pays.

Cliquez sur chaque image pour l’agrandir.

 

 

 

 

   

  

(1) Elle travaille depuis peu chez IPSOS (reclassée par l’ANPE ?) où, directrice générale déléguée des études internationales et de l’innovation, elle peut à loisir analyser les courbes d’un parti socialiste en déconfiture. 

(2) Homme d’état et chef militaire, il mit fin à la dernière (?) invasion arabe en France en 732.

(3) Voir le site trouve ta mosquée.

3 commentaires

  1. Notre histoire est d’une grande complexité, hors pour comprendre (un peu) le présent et imaginer (maladroitement) l’avenir il faut s’intéresser à notre histoire souvent tragique, complexe, marquée par l’affrontement entre les possédants et les possédés. Déjà le 17ième siècle nous montre la porosité entre les puissants négociants, la justice, la politique dans une parfaite oligarchie jusqu’à sa chute le 10 août 1792. Puis notre histoire proche ou les historiens nous expliquent l’importance des puissances de l’argent dans la montée des fascismes jusqu’à la catastrophe, comme le faisait remarquer mon regretté prof d’histoire : « entre les deux guerres se fut un grand bazar ». De nos jours le combat se poursuit sous nos yeux, comme ces partis extrêmes qui parlent devant des parterres de néolibéraux américains. Notons l’almanach des girouettes (politiques) débuté durant les cent jours, puis sous vichy pour encore grossir devant nos yeux. Attention à la chute finale :«  On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels » – Anatole France.

    Pour nous éclairer (un peu) :
    Livre de Gilles Képel : Passion Arabe – Folio,
    Livre de Rober O Paxton : La France sous Vichy – Point.
    https://www.lemediatv.fr/video/entretien-libre-5-annie-lacroix-riz-03022018-1744

  2. Article aussi intéressant qu’anxiogène…
    Le français lambda connaît hélas cette réalité, ignorée de la “France d’en haut”.
    Et comme tant d’autres, je n’arrête pas de me demander quel peut être l’intérêt pour nos gouvernants de laisser cette nouvelle forme de colonisation s’opérer.
    Petite remarque : concernant Najat VB, l’ANPE n’existe plus depuis des années, maintenant on dit Pôle Emploi !! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *