Une rave-party à Pont-Scorff !?

image

Photo : http://images.midilibre.fr/images/2012/09/04/la-couteuse-sonorisation-pourrait-etre-saisie-par-la_442320_510x255.jpg

En ces moments sacrés de Toussaint où la “vieille France” rendait hommage à ses disparus et les païens à Halloween, une bande de sauvageons iconoclastes, au mépris du repos d’honnêtes citoyens, s’est installée en périphérie de notre belle commune pour se livrer à une débauche de gesticulations frénétiques rythmée par une musique assourdissante.

C’est dans le quartier du Templo qu’ils ont jeté leur dévolu pour installer baffles et table de mixages pour la plus grand joie des riverains qui ont promptement alerté la marée-chaussée.

Je vous relate là un fait divers local auquel je n’ai pas assisté, mais rapporté dans la commune par des scorvipontains excédés. Je puis seulement confirmer que dès potron-minet  j’ai été réveillé par des “boum-boum” inhabituels qui témoignaient de la réalité du rassemblement festif. On aurait dit les tam-tams d’une tribu Cheyennes se préparant à prendre le sentier de la guerre. La cavalerie arrivée sur les lieux, faute d’un effectif suffisant, n’a pu mettre fin au tapage nocturne et disperser les bruyants teuffeurs. Ce n’est qu’en fin de concert quand la troupe a plié bagages que des interpellations auraient eu lieu.

Si vous avez été concerné(e) par cette fête impromptue ou si vous disposez d’informations complémentaires, n’hésitez pas à vous exprimer dans la rubrique commentaires de ce blog.

 

5 commentaires

  1. L’individualisme forcené du moment pousse certains à se désigner créateur. Ainsi nous devons subir des agressions tant visuelles de la part de certaines œuvres dites d’art, je préfèrerais d’aisances, que sonores alors que d’autres trouvent leur équilibre dans la méditation, la contemplation, la lecture et une musique, autre qu’une suite de Boum Boum fortissimo. Oui, je parle de musique, et apprendre à jouer d’un instrument sert d’abord à différencier une œuvre d’un bruit. En ce sens, je me suis même demandé si par extension le bruit des voitures passant sur des pavés n’était pas assimilable à de l’art moderne – Badaboum, Badaboum réjouissons nous c’est tous les jours la Teuf…Petite pensée sympa pour les gendarmes qui en ont assurément plein les …oreilles, pour ma part je retourne à Bocherini, la Musica Nocturna par exemple.

  2. Bonjour Jean,
    en effet, les boums (“surprise partie” à mon époque) avaient lieu le dimanche après-midi ; c’était l’une de mes occupations quand j’étais responsable de classe en cours commercial (4 garçons pour 25 filles). Par contre nos retours à la maison, vers minuit après avoir dansé au cercle des étudiants, étaient parfois bruyants, mais juste de passage, en recevant parfois un sceau d’eau (Montpellier années 56/63).
    Je suis venu à Tahiti avec l’armée en juillet 1963 et depuis j’y habite : une épouse tahitienne, 2 enfants, 4 petits-enfants.
    Merci pour tes articles, cela me rappelle de vieux souvenirs… Pierre
    Mes blogs : http://www.tehoanotenunaa.com/ et http://libre-pensee-polynesie.over-blog.com/

  3. Bonjour Jean,
    C’est pas seulement à Paris
    Que le crime fleurit,
    Nous, au village, aussi, l’on a
    De beaux assassinats.
    Une citation de Georges Brassens, pour dire que chez nous aussi à Tahiti nous avons ce problème. Je regrette les “aparima” (chant) et les “otea” (danse) traditionnels. Étions-nous aussi dérangeants lors de notre jeunesse ?

    1. Salut Carabasse,
      J’ai saisi ce fait divers, rare sur notre commune, avec une petite pointe d’humour.
      Je pense néanmoins qu’à la place des riverains, j’aurais certainement montré
      aussi mon mécontentement.
      Cela dit dans ma jeunesse les “boum” se faisaient en milieu fermé. Quand elles
      avaient lieu en plein air c’était généralement de jour. Je ne me souviens pas qu’on emm…
      le voisinage toute la nuit.
      Tu es installé d’une manière permanente à Tahiti ?
      J’ai travaillé il y a longtemps avec l’épouse du Président de Breizh Polynésia.
      Je te souhaite un excellent séjour et te remercie de suivre mon petit blog. Jean.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *